Etre assigné ET gréviste : MODE D’EMPLOI 

Lorsque notre syndicat appelle les salariés de l’établissement à un mouvement de grève.

Il dépose un préavis de grève auprès de la Direction Générale au minimum 5 jours francs avant la date prévue. 

Le service minimum mis en place dans l’établissement implique une obligation de service et dès lors les agents concernés sont assignés par courrier recommandé avec A.R (au CHA l’usage est de signer la liste affichée).

2 possibilités :

JE SUIS GREVISTE, ET JE NE SUIS PAS ASSIGNE(E)

  • Je n’ai pas à prévenir avant,

  • Je ne me rends pas à mon travail

JE SUIS ASSIGNE(E) ET JE VEUX ETRE GREVISTE

  • Je dois me rendre à mon poste de travail à l’heure prévue

  • Je me déclare assigné(e) gréviste auprès de mon cadre (oralement ou par mail)  sans perte de salaire

  • Etre assigné(e) gréviste n’entraine aucune modification sur les horaires ou le travail, et sur le salaire non plus…

la liste des assignations est obligatoirement affichée dans le service :

SI JE VEUX FAIRE LEVER MON ASSIGNATION

  • je vérifie la présence de collègues non grévistes en plus des collègues assigné(e)s. Il faut toutefois en être certain.
  • je fais valider le changement pas ma hiérarchie…

 

Chacun peut faire grève

=> je fais la grève 1 heure  ? 1 heure de salaire en moins

=> je fais la grève 2 heures ? 2 heures de salaire en moins…..etc.……..

 

L’absence de service fait donne lieu à une retenue proportionnelle à la durée de la grève, en comparant cette durée aux obligations de service auxquelles l’agent était soumis pendant la période de grève. Ainsi, la retenue est égale à :

  • 1/30è pour une journée d’absence,
  • 1/60è pour une demi-journée d’absence,
  • 1/151,67è par heure d’absence.

Si la grève dure plusieurs jours consécutifs, le nombre de 30mes retenus est égal au nombre de jours compris du 1er jour inclus au dernier jour inclus de grève. Ce décompte s’applique même si, durant certaines de ces journées, l’agent n’avait aucun service à accomplir (jours fériés, congés, week-ends). Ainsi, par exemple, lorsqu’un agent fait grève un vendredi et le lundi suivant, il lui est retenu 4/30mes.

les jours de grève ne donnant pas lieu à cotisation retraite ne sont pas prises en compte pour la retraite.

 

 UN GREVISTE COMPTABILISE c’est une voix qui soutient la grève.. Une voix qui soutient la grève peut participer également à la manifestation

 

LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL APPELLENT A LA GREVE :  PARTICIPONS SOLIDAIREMENT

 

Préavis de Grève illimité des agents du service des urgences pédiatriques

Avignon, le 04 juillet 2019

L’intersyndicale CGT, FO et CFDT vient de déposer un préavis de  grève illimitée à compter du 04 Juillet 2019 concernant les PDE,  IDE, AP/AS, ASH et médecins du service des urgences pédiatriques  afin de dénoncer la dégradation des conditions de travail et de la  prise en charge des patients.

Ce préavis concerne :

Revendications locales :

– Augmentation du personnel (ASH, AP/AS, PDE/IDE) en adéquation avec l’agrandissement des locaux et une hausse prévisible des passages aux Urgences Pédiatriques.

– Passage à 2 auxiliaires de puériculture en poste en 12h tous les jours.

– Maintien du renfort hivernal « bronchiolite » l’après-midi par une AP.

– Renfort de l’équipe de nuit en période hivernale « bronchiolite » d’une IDE/PDE.

– Présence d’un brancardier les week-ends et jours fériés de jour.

– Augmentation de l’effectif médical afin de sécuriser et d’assurer la prise en charge aux Urgences Pédiatriques et les hospitalisations dans des lits de Pédiatrie.

– Présence d’un agent de sécurité de manière régulière de jour et de nuit, qui puisse venir et rester en cas de besoin, ronde régulière plus d’une fois par jour.

–  Augmentation de la plage horaire de la maison médicale permettant de désengorger le service.

– Augmentation de la valeur du point d’indice.

La totalité des agents de ce service soutient les revendications nationales des services d’urgences.

Conformément à la règlementation, la période du préavis doit voir l’ouverture de négociations sur ces revendications.

En l’absence d’accord à l’issue des négociations, la grève prendra effet le mercredi 10 Juillet 2019 à zéro heure.

le 2 juillet 2019 TOUS ENSEMBLE !

ON NE LACHERA RIEN !

 Pour obtenir les revendications des personnels et leurs financements.

Depuis des années, les syndicats CGT et FO alertent sur les  fermetures d’hôpitaux, de services, de lits et sur la dégradation des  conditions de travail subies par les personnels.

Notre hôpital n’est pas épargné par cette politique d’austérité.

Le service des urgences adultes est en grève pour dénoncer leurs  conditions de travail et leurs difficultés de prise en charge des patients. Les urgences ne sont que le reflet du malaise vécu dans les autres  services.

TROP DE SOUFFRANCE AU TRAVAIL = STOP !!!!

Revendiquons ensemble :

NON 
  • au contrat de retour à l’équilibre financier au CHA
  • aux suppressions de postes
  • aux désorganisations du travail et aux plannings illégaux
  • aux fermetures de lits programmées au CHA
  • aux projets de loi  « Ma santé 2022 », et de la loi dite « de transformation de la Fonction Publique »
OUI 
  • aux réouvertures de lits sur l’hôpital
  • à l’augmentation des salaires par la revalorisation du point d’indice et son rattrapage

Le gouvernement doit entendre notre souffrance et stopper l’hémorragie en débloquant de toute urgence des enveloppes financières pérennes pour le bon fonctionnement de nos établissements, de nos services.

 Devant les annonces qui ne prennent pas la mesure de l’urgence des dégradations des conditions de travail et de sécurité des salariés, impactant la qualité et la sécurité de la prise en charge de la population :

 TOUS ENSEMBLE DEVANT LA CITE ADMINISTRATIVE D’AVIGNON

LE 2 JUILLET A 9 H 30.

 

Le gouvernement doit entendre la colère des professionnels et répondre aux revendications sans délai.

Tract Grève 02 juillet 19

DEMANTELEMENT DU SERVICE PUBLIC

CONDAMNATION DES HOPITAUX  PUBLICS PAR LES REFORMES

=

EXECUTION DES MISSIONS PUBLIQUES

 

Ces derniers mois, des événements inacceptables sont survenus  dans nos hôpitaux publics : urgences débordées, manque de lits,  fermetures de services …

Les conséquences sont catastrophiques pour les personnels avec la  multiplication des cas de burn-out, d’arrêt de travail, de suicides… Les dégradations d’accueil et de prise en charge des patients ne font  qu’augmenter.

L’hôpital d’Avignon n’est pas épargné par cette politique. La  direction a annoncé un CREF (Contrat de retour à l’équilibre  financier) se traduisant par des suppressions de postes (95 postes  en 2 ans) et des fermetures de lits.

L’offre de soins diminue en ville, moins de spécialistes, moins de  médecins généralistes,… L’hôpital reste la seule structure pouvant  accueillir les patients 24h/24h et 7j/7j et pour certains la seule  possibilité de se soigner.

Les urgences d’Avignon en est le reflet avec une augmentation du  nombre de passages sans augmentation de personnel pour autant et  dans des locaux inadaptés.

Le personnel des urgences est en grève afin de dénoncer leurs  conditions de travail. Les agents demandent des moyens matériels et  humains, afin de pouvoir exercer leur métier dans de bonnes  conditions et maintenir une qualité de soins.

Nous exigeons :

 La suppression du CREF dont la seule réponse de la direction est la réduction du personnel, la  fermeture de lits et de services.

La réouverture des lits fermés sur l’hôpital, beaucoup trop de patients passent des nuits sur des brancards par manque de lits sur l’hôpital.

L’embauche statutaire de personnels qualifiés et la «stagiairisation» des contractuels en place afin d’augmenter les effectifs dans les services qu’ils soient soignants, administratifs et techniques.

  

« La santé n’est pas une marchandise

et l’hôpital ne peut pas être géré comme une entreprise »

 

SOUTENONS L’ENSEMBLE DES PERSONNELS HOSPITALIERS

 

POUR STOPPER LA CASSE DE L’HÔPITAL ET DES SERVICES PUBLICS.

 

PREAVIS DE GREVE AUX URGENCES ADULTES

Avignon, le 28/05/2019

Les IDE, AS et ASH du service des  urgences adultes ont déposé un préavis  de grève en intersyndicale le 27 mai  2019 pour dénoncer leurs conditions de travail.

Ils rejoignent ainsi le mouvement national qui prend de  l’ampleur (65 services d’urgences en grève).

Les agents souhaitent pouvoir exercer leur métier dans de bonnes  conditions et maintenir une qualité de soins et de prise en charge des patients optimales.

Leurs revendications sont :
– des effectifs IDE, AS et ASH supplémentaires de jour et de nuit face àl’augmentation de leur activité
– retrait du projet de mutualisation des ASH UMC / REA
– du matériel fonctionnel et adapté pour une prise en charge correcte des patients (lits, brancards, linge,….)
– des locaux adaptés
– l’augmentation de l’effectif médical afin de sécuriser les prises en charges
– la présence d’un agent de sécurité au niveau du service 24h/24h
– l’augmentation de la plage horaire de la maison médicale permettant de désengorger le service
– la réouverture des lits fermés sur l’hôpital afin de pouvoir hospitaliser les patients dans des services et non sur des brancards !
– augmentation salariale de 300€ net / mois pour tous les agents des urgences.

La CGT du CH Avignon soutient ce mouvement, qui a débuté au niveau national par le dépôt d’un préavis de grève CGT.

Il est de la responsabilité de la direction :
– de permettre aux personnels de cet hôpital d’exercer son travail dans des conditions
optimales et en toute sécurité,
– et d’offrir aux patients une qualité de soins et des services permettant leur accueil.

Soutenons nos collègues des urgences !!!
Luttons ensemble pour sauver notre hôpital !!!

 

2019-05-28-TRACT UMC

GRANDE MANIFESTATION CONTRE LA REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE

 

Non, ces réformes ne sont pas portées par la volonté d’un meilleur service public mais bien par des principes de coupes budgétaires.
Les promesses de modernisation risquent de se traduire en réalité par une dégradation des services publics. C’est en fait moins de services publics qui nous attend toutes et tous.
Malgré un vote unanime des neufs organisations syndicales contre le projet de transformation de la Fonction publique, le gouvernement persiste à vouloir imposer cette loi de casse sociale! Le Président de la République et le gouvernement comptent faire adopter cette loi au Parlement, d’ici au début de l’été.

C’est pourquoi les organisations syndicales revendiquent :
– Le retrait du projet de loi Fonction publique
– Un plan massif de résorption de la précarité
– La création de postes statutaires pour répondre à tous les besoins
– Le renforcement du Statut pour préserver l’indépendance du fonc-tionnaire et la garantie de ses droits
– L’augmentation de la valeur du point d’indice et le rattrapage im-médiat à hauteur de 16%
– Le renforcement des CAP
– Le maintien des CHSCT et le développement de leurs moyens et prérogatives
– Un service public accessible partout et pour tous, garant de la co-hésion sociale

LA FONCTION PUBLIQUE APPARTIENT À TOUS !
PROTÉGEONS-LA !

ENSEMBLE TOUTES ET TOUS AGISSONS POUR NOS DROITS, NOS EMPLOIS, PAR LA GRÈVE ET L’ACTION LE JEUDI 9 MAI 2019 À 10H30 A AVIGNON!

Tract intersyndical

Manifestation unitaire du 1er mai en Avignon

POUR LES LIBERTES

POUR LES SOLIDARITES

Le 1er mai 2019, ensemble, pour dire stop aux politiques d’austérité  et à la casse de notre modèle social.

Le 1er mai est une journée  d’action et de mobilisation internationale pour les droits des  travailleur-se-s, le progrès social, la paix et la solidarité.
Dans la continuité des nombreuses luttes menées, il s’agit  d’amplifier la mobilisation face aux politiques menées depuis de  nombreuses années qui privilégient les revenus du capital au  détriment du pouvoir d’achat des salariés et retraités, de la  protection sociale, des services publics, des droits de la jeunesse aux études, des libertés publiques et de l’environnement et qui nous ont conduits à la crise sociale majeure que nous traversons.

L’adoption de la loi dite « anticasseurs » au parlement témoigne d’une escalade dangereuse pour la démocratie et les conclusions du « grand débat national » n’ont pour objet que de chercher à imposer  à marche forcée des reculs sociaux d’une gravité sans précédent.
Alors que la population souhaite légitimement bénéficier de services  publics de proximité, le gouvernement envisage de supprimer 120 000 emplois dans la fonction publique. Les organisations syndicales CGT, FO, FSU et UNEF de Vaucluse exigent le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique, matrice du plan « ma santé 2022 » dans les hôpitaux et du projet de loi Blanquer dans l’éducation, véritable application de la loi El Khomri et des ordonnances Macron dans la Fonction publique.

Elles appellent à la mobilisation Fonction publique du 9 mai.
S’agissant des retraites, elles se prononcent pour le maintien  intégral des 42 régimes de retraite existants, contre tout système universel de retraite par points qui porte en germe – entre autres – la disparition de tout âge légal de départ à la retraite. De ce fait, elles s’opposent à tout recul de l’âge légal de départ à la retraite et exigent le maintien de notre système solidaire par répartition.
Face à la perte de pouvoir d’achat que les salariés du privé comme du public subissent depuis de nombreuses années et face à la situation de pauvreté à laquelle sont réduites de trop nombreux
salariés, actifs et retraités, et leurs familles, les organisations syndicales CGT, FO, FSU et UNEF de Vaucluse revendiquent une augmentation générale des salaires et de la valeur du point d’indice pour les fonctionnaires, une revalorisation des pensions indexées sur l’augmentation des salaires, minima sociaux et l’abandon total de l’augmentation de la hausse de la CSG de 1,7 point à l’encontre des
retraités.
Ne pouvant rester indifférentes aux conséquences des   dérèglements climatique et écologique, les organisations syndicales  CGT, FO, FSU et UNEF de Vaucluse revendiquent des mesures en  faveur de la protection de notre environnement, comme le  renforcement des obligations environnementales des entreprises. Elles portent la revendication majeure de garantir des mesures de  transition fondées sur la justice sociale.
C’est sur ces bases, que les organisations syndicales CGT, FO, FSU et UNEF de Vaucluse appellent à se mobiliser et à manifester le 1er mai prochain à Avignon.
Départ de la manifestation à 10h30 du cours Jean Jaurès devant la  cité administrative.

Des 10h30 début cours Jean Jaures à Avignon!

Télécharger le tract unitaire CGT FR FSU UNEF

STATUT DE LA FONCTION  PUBLIQUE EN DANGER ! Heure d’information syndicale au C.H.A

LE STATUT DE LA FONCTION  PUBLIQUE EST EN DANGER !!!!!!!!!!!!

LE PROJET DE LOI EST EN DEBAT……….

 LES 3 ORGANISATIONS SYNDICALES  DU CHA VOUS INVITENT A UNE HEURE D’INFORMATION SYNDICALE (H.I.S) DANS LE  HALL DEVANT L’AQUARIUM.

Pour vous absenter de votre service, rapprochez-vous des syndicats

  • LE MARDI 23 AVRIL 2019 A 11 H 30

  • LE MARDI 30 AVRIL 2019 A 14 H 00

 NOUS VOUS ATTENDONS NOMBREUSES ET NOMBREUX !

 

 

Projet de réforme de la fonction publique : Pour nous c’est non !


 Projet de la loi de transformation de la fonction publique

le texte est à télécharger sur Lien vers le site de Fédération CGT des services publics

Projet de réforme de la fonction publique : Pour nous c’est non !

Proposition de modèle de vœu à soumettre par nos élus et mandatés à l’ordre du jour des prochaines réunions de l’ensemble des  instances représentatives locales de la FPT

(CT, CHSCT, CAP, CCP, CRO, Commissions de réforme).

Rappel : Si ces réunions ne sont pas programmées dans les 2 prochains mois, n’hésitons pas à  utiliser l’obligation réglementaire de réunir ces instances dans un délai d’un mois si au moins 50 % des représentants titulaires du personnel le demandent.

    Les membres du Conseil supérieur de la Fonction publique territoriale, représentants des 7 organisations syndicales des personnels et représentants des employeurs territoriaux , ont protesté à l’unanimité contre la volonté du Gouvernement de bafouer le rôle et l’apport des instances paritaires de la Fonction Publique :

* En programmant leur suppression ou la diminution drastique de leurs prérogatives,

* Dans l’immédiat, en prétendant imposer en 3 mois une réforme sans négociation ni prise en compte des attentes des usagers, des agent(e)s et des élus des collectivités territoriales.

L’article 1 prévoit de déposséder le CSFPT d’une partie de ses prérogatives au profit du conseil commun, sur seul accord du président du CSFPT . L’avis des représentants des personnels territoriaux seraient donc complètement occultés .

Les membres soussignés (du CHSCT, ou du CTP, de la CAP A, B et C, de la CCP A, B, et C, etc.…) partagent cette protestation. Ils s’inquiètent vivement  des conséquences négatives prévisibles d’une loi porteuse de précarité, d’inégalités et d’autoritarisme à l’égard des services publics locaux.

Alors que les mouvements sociaux et débats qui secouent notre pays s’accordent sur l’urgence sociale de restaurer  un maillage de tout le territoire par des services publics pérennes, accessibles, de qualité, à l’abri des pressions et captations par des lobbys privés, La réforme  annoncée  en prend le  stricte contre-pied.

Quelques exemples :

* la possibilité pour la majorité des collectivités et des EPCI de recourir uniquement à des agents publics contractuels, ce qui fracturerait la France encore plus et encouragerait les fermetures des services.

* Les embauches en contrats de missions, signés et résiliables au gré des élections locales, privilégient une conception clientéliste de la gestion locale, à l’opposé de l’éthique de la fonction publique, de neutralité, de probité et d’indépendance à l’égard des intérêts privés ou partisans.

* l’individualisation sans limites des rémunérations, notamment à travers des primes déconnectées des qualifications garanties par concours ou reconnaissance de l’expérience, générerait de l’opacité et des inégalités, décourageant la mobilité intercollectivités et les efforts de formations.

* La suppression des CHSCT priverait les collectivités d’un outil essentiel d’action face aux risques psycho-sociaux et à l’usure professionnelle inhérentes à des réorganisations incessantes et des réductions d’effectifs.

* La dépossession des CAP de leur rôle essentiel de veille et de garantes  de politique  d’avancements et promotions équitables et transparentes, laissera le champ libre à un favoritisme facteur de rivalités et de démotivation.

* la disparition des garanties en matière de droits personnels à la formation professionnelle et la remise en cause du CNFPT priveraient les collectivités territoriales de leur responsabilité de promotion de formations professionnelles répondant aux projets d’évolution  des agents et au besoin de qualifications des services publics locaux.

Tout cela sera organisé au moyen du procédé anti-démocratique des ordonnances.

Les membres soussignés dénoncent en outre l’abus de pouvoir de ce projet à l’encontre des  prérogatives des milliers d’élus et représentants des agents territoriaux quelques mois à peine après leur élection. On voudrait exacerber l’inquiétude des agents publics face à leur avenir et celui de leurs services, on voudrait leur ôter toute confiance à l’égard des pouvoirs publics qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! Quel gâchis et quel aveuglement ce serait de se résigner à une telle réforme !

En conséquence, les membres soussignés demandent solennellement au gouvernement de renoncer à ce projet, au parlement de s’y opposer s’il n’était retiré.

 

 

LE 19 MARS

LE 19 MARS

Les personnels du secteur hospitalier n’en peuvent plus du blocage  de leur salaire, de la dégradation de leurs conditions de travail. Ils  n’acceptent plus de subir, année après année, les conséquences de  l’austérité budgétaire qui ne permettent plus aux secteurs de la  santé de remplir sa mission auprès de la population.

Le gouvernement continue de dérouler sa feuille de route et  d’appliquer son programme de destruction sociale.

Sur le Centre hospitalier d’Avignon, le Directeur, en bon élève, suit  les directives,  aggravant ainsi les conditions de travail par les  suppressions de postes, les fermetures de services et les  mutualisations de moyens.

L’augmentation de l’activité crée un mal-être chez les agents à qui la  direction impose rentabilité, efficacité, productivité et polyvalence.

Double peine pour les agents et pour la population.

C’est maintenant qu’il faut bloquer le projet de loi, dit « transformation » du système de santé et de la fonction publique !!

 DISONS NON ENSEMBLE, A :

–  La suppression des 95 postes, alors que l’activité augmente !

– La fermeture de lits.

–  Les dégradations des conditions de travail !

–  Aux efforts demandés sous couvert d’équilibre budgétaire !                        

EXPRIMONS NOTRE COLERE ….. !!!!!!!

La CGT et FO exigent :

– Que la direction prenne en considération les agents en mettant fin aux suppressions de postes et en renforçant les services en souffrance pour le bénéfice des patients.

– Des ouvertures de lits pour désengorger les urgences et adapter l’offre de soins aux besoins de la population. L’institution est la seule à y répondre. 

– La défense du statut de la fonction publique, des conditions de travail, des salaires, de la sécurité sociale, des services publics. 

– Le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique et dénoncent les méfaits contenus dans la loi de transformation du système de santé, passant à l’Assemblée Nationale du 18 au 22 Mars 2019. 

– L’augmentation des retraites et des pensions, l’abrogation de la CSG, et le maintien de tous les régimes de retraite.

Exigeons de ne pas être la variable  d’ajustement permettant d’envisager des  investissements au détriment des  personnels.

 

Telecharger le tract A3

 

 

 

11 ème CONGRES du syndicat CGT du C.H.A

oznor

Vendredi 1er mars, s’est tenu le 11eme congrès du syndicat CGT du centre hospitalier d’Avignon en présence de Mireille STIVALA, secrétaire générale de la fédération santé et action sociale.

Les membres de la nouvelle commission exécutive :

ARNAUD Lucie, AUMAGE Corinne, BENNE Jérôme, BIXQUERT, Marjorie,  BOYER Emeline, BREZULIER Nathalie,BOURDILLON PATRICK, BRUIX LOIC, CHAPITAUX LAURENCE, CHIVALIER HERVE, CIOLINO Barthelemy, CUZON GREGORY, DELLA PIETRA STEPHANE, DEMARS MAGALI, DONATE ANAIS, GARAND HADJI Mekkia, GARCIA Sandrine, GINOUX ERIC, GRIOTIER Lucas, GUETTE sandra, HERAUD ANDRIEU GISELE, JAFFUEL SYLVIE, JOOS FRANCK, JUGE OLIVIER, KAIRO Aline, KAIRO FREDERIC, LANTHEAUME SYLVIANE, LARGEMAIN PHILIPPE, LARSSON CATHERINE, LAURENCOT CORINNE, LUCAS Sophie, LYOTARD Fabrice, MADER ERIC, MARTINEZ MICHEL, MERINO NATHALIE, NACIRI NAJOUA, PAWLOWSKI Sandrine, PERRIER BRUNO,  POGGI Serge, RIBERI ISABELLE, SALEUR FRANCK, SANCHEZ Carmen, SANNA JEAN PHILIPPE, SANTY SYLVIE, SAVOY JEAN,
SIMON NATHALIE, THOMAS RENEE, TOUPIN Véronique, TRON FABIENNE, TRON Fanny, VIAL STEPHANE,

La nouvelle commission exécutive a élu la nouvelle secrétaire générale, Catherine LARSSON.

 

LA LUTTE CONTINUE… LE DIALOGUE SOCIAL EST ROMPU !

LA LUTTE CONTINUE…

LE DIALOGUE SOCIAL EST ROMPU !

Mobilisation massive des agents à l’appel de la CGT.

Plus de 200 soignants, techniques, médico-techniques, administratifs, ont envahi la salle du CTE, soutenus par le Centre Hospitalier de Montfavet, des syndiqués des autres structures locales et départementales, des gilets jaunes.

Leur porte-parole représentant les élus CGT du CTE (Comité Technique d’Etablissement)  a lu une motion demandant au directeur d’annuler le projet de supprimer 95 postes dans tous les services.

La CGT conforme à ses valeurs sociales et syndicales a décidé de ne pas siéger au CTE de ce jour:

aucune réunion préalable d’informations n’a été organisée par cette direction.

Les autres organisations ont fait le choix de siéger…

La C.G.T poursuivra avec vous le dialogue via les tournées de services et les heures d’information syndicale.

 

 

26 février 2019 : envahissement du CTE par le personnel

 

 

Monsieur le Directeur,

Le personnel du Centre Hospitalier d’Avignon est réuni ce jour dans cette salle qui est censée être le lieu de dialogue et de discussions avec les représentants du personnel mais que vous transformez par votre volonté seule en lieu d’application de vos décisions unilatérales injustes et infondées.

Vous décidez, sans concertation, sans interrogation des organisations syndicales, sans interrogation des élus CTE que nous sommes, en dehors de toute légitimité, d’un plan social qui verra la suppression de 95 équivalents temps pleins (donc c’est une centaine de postes qui seront supprimés) par votre seule volonté de vous insérer dans une logique budgétaire qui est dénoncée par l’ensemble du personnel, des organisations syndicales et y compris par la présidente du conseil de surveillance lors de sa dernière réunion.

Alors qu’en même temps le niveau d’absentéisme du personnel explose (notamment pour les plus petites catégories malgré la mise en place d’un jour de carence) vous imposez, sans discussions, sans même un vote, que la dégradation des conditions de travail et de prise en charge de la population soit présentée en CTE. Présenter l’inique ne vous heurte visiblement pas.

Générer un recours massif aux heures supplémentaires dans des services ou les 12 heures sont en place ne vous heurte pas.

Voir une gestion à la petite semaine de services et le recours aux mensualités de remplacement vous convient.

Voir le retard de codage et les approximations dans les dépenses de fonctionnement vous laisse silencieux.

Voir l’organisation territoriale de l’ARS et le GHT dont vous êtes le directeur rester la coquille vide qui provoque de la dépense au niveau du département, mais aucune organisation qui permette de laisser à la population la prise en charge de proximité et une réponse nécessaire aux besoins de santé.

L’ARS est impotente et indigente lorsqu’il s’agit de gérer ses propres relations avec des directeurs qui affirment dans la presse créer un second GHT sur le département du Vaucluse et de permettre la création de lits d’EHPAD publics sur notre territoire ou de répondre aux questions que nous lui posons.

Monsieur le directeur, ce plan social est de votre fait, de votre choix, de votre volonté et de votre responsabilité face au personnel, à la population de tout le département du Vaucluse et des départements limitrophes mais aussi de votre acceptation d’un taux de ratio de rentabilité à 8% que vous nous imposez alors que dans le secteur privé, pour satisfaire l’actionnaire, seul 6% sont nécessaires.

Il est de votre choix, de votre responsabilité, dans un contexte social que vous savez tendu, dans un moment de légitime demande de partage des richesses et de nécessité de maintenir sans notion de coût, car le service public n’est pas un coût, c’est une richesse, de vouloir affaiblir l’établissent de recours de tout un département sans exiger à l’ARS les moyens de fonctionner normalement.

D’autres directeurs (on peut avoir en exemple celui de l’EPSM de la Sarthe) ont eu beaucoup plus de courage sur ces sujets.

Nous rencontrons tous les jours des professionnels à bout, qui ne souhaitent pas rester dans cet établissement car la désorganisation, les pressions et les injonctions contradictoires ont atteint un niveau jamais égalé. Même les cadres sont à bout.

Que vous vous moquiez du dialogue social et de la réalité que vivent tous les professionnels de notre établissement provoque une colère dont vous ne mesurez pas la portée.

Votre choix et vos décisions sont clairs.

La CGT prendra toutes ses responsabilités dans ce contexte de défiance que vous nous imposez.

Nous appelons les salariés et agents du Centre Hospitalier d’Avignon, avec la population à refuser et à résister à vos décisions qui ont des conséquences sur tous les services publics de santé du département.

Nous avons déposé pour ce jour un préavis de grève et organiserons des actions d’information et d’action avec le personnel, mais aussi avec la population du Vaucluse.

Votre fatalité n’est pas notre réalité, c’est votre responsabilité, c’est votre décision, votre choix que nous ciblons.

Vous provoquez la confrontation et ne voulez pas chercher ensemble d’autres voies.

Nous en prenons acte et rendrons compte au personnel et à la population de vos choix et de vos exigences.

Je remercie tout le personnel présent et il est bien évident que nous ne participerons pas à ce simulacre d’instance ou les représentants élus du personnel ne sont ni écoutés ni entendus.

Je remercie le personnel de quitter la salle, la CGT ne reste pas non plus.

NB : Les 2 autres O.S (CFDT et FO) ont préféré sièger et participer à cette mascarade

Voir la video

95 POSTES !

95 postes !

 

PÔLES

À SUPPRIMER

LABORATOIRE

– 4

CANCERO

-4.7

CANE

-8.2

DIGESTIF

-5.6

FME

-13.2

FPA

-6.9

IMAGERIE

-2.3

MEDECINE

-11.1

SPECIALITES CHIRURGICALES

-7.8

URSSAT

-5.7

PASS

-15.5

MANAGEMENT

-6.7

QSP

-2.8

BLOC

-0.2

TOTAL

-94.7

 

Lequel est le vôtre ?

FEREZ VOUS PARTI DE LA CHARRETTE ?

sinon votre charge de travail sera encore plus lourde pour compenser ces départs !

Le mardi 26 février à 8h45, toutes et tous devant la direction

 

RESISTONS ENSEMBLE !

 

 

Une force à vos côtés