Archives de catégorie : CGT

POURSUIVONS L’ACTION

 

La crise COVID n’a fait que mettre en lumière les difficultés de notre hôpital et le « Ségur de la Santé» n’est qu’une mascarade… !!!

– Réorganisations des services !!!
– Déréglementations du temps de travail !!!
– Suppression de postes !!!
– Embauche insuffisante !!
– Suppression des congés !!! …

STOP !!! EXPRIMONS NOTRE MÉCONTENTEMENT
LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

La CGT revendique :

Des embauches massives de personnels,
L’ouverture massive de lits, de structures médico-social et social partout où cela est nécessaire,
La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels atteint par le covid-19,
L’arrêt de la déréglementation possible sur le temps de travail prévu par le protocole d’accord du« Ségur de la santé » et la baisse du temps de travail pour nos métiers pénibles
L’abrogation du décret sur les licenciements dans la Fonction publique hospitalière,
Des augmentations de salaire pour tous dans la fonction publique hospitalière et le médico-social.
Un départ anticipé à la retraite pour tous et une revalorisation des pensions de retraite,
Un Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale qui réponde aux besoins des professionnel.le.s et de la population

Soyons mobilisés le 15 Octobre 2020 !

Face à un gouvernement qui continue à communiquer qu’il maîtrise la situation et aurait réglé tous les problèmes grâce « au Ségur de la Santé ». Ce ne sont pas les augmentations de salaires, obtenus seulement pour certains, qui vont NOUS faire taire !!!

Les manques d’effectifs récurrents sont INACCEPTABLES et doivent cesser !

LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL
DÉPARTEMENTAL
RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

NE SOYONS PAS DUPES …

NE SOYONS PAS DUPES …

La Covid 19 a des effets que l’on ne soupçonne pas en matière de destruction de qualité de vie et des conditions  de travail.

Sous couvert du plan blanc, la direction se permet  de récupérer ce qui l’intéresse dans la crise sanitaire qui frappe notre hôpital.

 Au passage elle s’assoie sur les prérogatives des instances CHSCT et CTE et au non-respect de la réglementation :

 – Modification des organisations de travail

– Modification de planning

– Passage en 12 heures

– Passage Jour/Nuit

– Transformation d’ASAE en RTT

La CGT n’est pas dupe face à ces tours de passe-passe de la direction …

Avec vous, elle restera vigilante sur le fonctionnement de tous ces changements NON PERENNES …

 

La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Communiqué de presse, Montreuil, le 21 septembre 2020.

Protocole « Carrières et Rémunérations » du personnel non médical
La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Attachée au dialogue social et aux règles qui le régissent, la  Fédération de la Santé et de l’ Action Sociale a comme  volonté dans cette requête juridique de faire respecter sa  représentativité issue des élections professionnelles dans la  FPH de 2018, sa légitimité à représenter les salarié.e.s concerné.e.s, disposition qui devrait être étendue à toutes les  organisations syndicales représentatives non signataires.

Ceci pour être présente aux futurs échanges,  consultations  et négociations issus et qui découleront du protocole d’accord sur « Carrières et rémunérations » des personnels non  médicaux et du Ségur de la Santé.
En effet, l’exclusivité donnée dans le protocole aux seules  organisations signataires à de futures mesures et décisions  qui  s’imposeront aux profesionnel.le.s est une clause qui rompt avec  l’impartialité dont doit faire preuve le dialogue  social et la nécessité  de traiter de manière égalitaire toutes les organisations syndicales  représentatives au niveau  national, élues pour représenter les  personnels relevant de la Fonction Publique Hospitalière. D’ailleurs  la CGT a porté  bien seule, sans gain de cause, pendant toute la  phase de négociations, cette demande de retrait dans le protocole  de la notion d’exclusion des non signataires, tant pour le comité de  suivi que pour les futurs groupes de travail et/ou  réunions issus du protocole qui seront amenés à proposer et à modifier notamment  des éléments indemnitaires des  personnels.
Dans ce contexte, la Fédération CGT de la Santé et de l’ Action   sociale a sollicité le ministre par courrier du  17 septembre 2020 «  en prévision de la reprise des discussions à la suite de la signature des deux accords du 13  juillet 2020 dans le cadre du “Ségur de la  Santé” ». Puisque, manifestement, la Fédération a été exclue des   premiers  comités de suivi et groupes de travail, sa secrétaire   générale a prié le ministre « de veiller à convoquer la Fédération à  l’ensemble des réunions qui se tiendront dans le cadre de la  poursuite du “Ségur de la Santé” », expliquant à ce dernier  que, « en effet, la Fédération n’a pas été invitée à la réunion qui a donné lieu à la signature de l’avenant n°1 à l’accord  relatif à la fonction publique hospitalière – Rendre attractive la fonction publique hospitalière : Revaloriser les carrières  et les rémunérations et sécuriser les environnements de travail, signé le 1er septembre 2020 ».
Dans ce même courrier, la Fédération a également relevé que «  plusieurs clauses réservent aux seuls signataires  des accords du 13  juillet 2020 la participation aux futures concertations relatives,  notamment, au régime indemnitaire  des agents hospitaliers, excluant de facto les organisations syndicales représentatives non-signataires ». Il a donc été  demandé au ministre « de ne pas tenir  compte de ces clauses prévoyant que seuls les signataires des  accords du 13  juillet 2020 se réuniront pour en discuter les modalités d’application ».
Par conséquent, il appartient maintenant au Juge des référés, qui  nous l’espérons ne manquera pas de relever l’atteinte  grave et  manifestement illégale portée à la liberté syndicale par le ministre des Solidarités et de la Santé, de prendre les  mesures nécessaires pour faire disparaître les effets de cette atteinte et d’enjoindre les instances organisatrices du «  Ségur de la Santé  », et notamment le ministre des Solidarités et de la Santé, d’assurer à la Fédération et aux organisations  représentatives non signataires un traitement égal à celui des autres organisations représentatives signataires, en les  conviant sans délai à toutes les réunions de suivi des accords du 13 juillet 2020 à venir, indépendamment de leur statut  de signataire ou de non-signataire des dits accords.

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

Avignon Le 07/09/2020

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

La crise sanitaire a démontré combien nous sommes essentiels  notamment pour garantir à toutes et tous l’accès aux droits sociaux  et aux soins.
Nous nous souviendrons et ne sommes pas près d’oublier les mots du président de le République lors de son discours du 13 Avril dernier : « les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune, notre pays tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnais-sent et rémunèrent si mal ».
En effet, 10 ans de gel du point d’indice, ce n’est pas tolérable et juste. Une des urgences est bien la revalorisation conséquente des salaires et des carrières.
La CGT n’est pas signataire de l’accord sur le SEGUR, nous ne demandions pas des « miettes » mais une juste reconnaissance de nos métiers avec une augmentation de 300 euros net par mois.
Le remaniement ministériel, qui a changé les têtes sans changer les orientations, ne doit tromper per-sonne: nous devons continuer à préserver nos intérêts et à s’organiser, toutes et tous ensemble, pour faire obstacle au monde voulu par le gouvernement et le Medef.
La CGT, avec les salariés mobilisés, fait d’autres choix de société, à l’opposé de ceux présentés comme inéluctables.
Nous revendiquons donc :
Augmentations des salaires, des pensions de retraites, dégel du point d’indice et le Smic à 1800 euros (soutien à une meilleure consommation des ménages).
→ Le renforcement de notre sécurité sociale et de notre système de retraite solidaire par répartition, avec un départ en retraite à taux plein à 60 ans pour toutes et tous. (solidarité intergénéra-tionnelle et création d’emplois).
L’abrogation de la journée de carence.
La reconnaissance de la pénibilité des métiers de la santé, traduit par la catégorie active dans la Fonction Publique Hospitalière.
→ L’arrêt des fermetures de services et des réouvertures de lits.

Toutes et tous mobilisé-e-s !

LE JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020 À 8H30/9H30 UN CAFÉ DE CONTESTATION SERA PARTAGÉ DANS LE HALL DE L’AQUARIUM
( DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES ET DE DISTANCIATION SOCIALE)

11H00 MANIFESTATION AU DÉPART DU GRAND ROND POINT DE LA D907 ( RN7 APRÈS EURENCO DIRECTION SORGUES)

 

RELEVE DE DECISIONS COMMISSION EXECUTIVE DU 15 MAI 2020

le 15 mai 2020

C.E en comité restreint au vu de la situation : crise sanitaire et plan blanc.

Débat autour du décret 2020-568 du 14 mai 2020 relatif au versement d’une prime exceptionnelle, dans le cadre de l’épidémie COVID 19.

Décisions prises:

– Elaboration d’un tract informatif à tous les agents du centre hospitalier d’Avignon.

– Courrier au directeur du centre hospitalier d’Avignon demandant l’application de l’article 8 du décret (demande d’élévation du montant de la prime à 1500 euro pour tous les agents hospitaliers).

Suppression du CREF (contrat de retour à l’équilibre financier) sur notre établissement afin d’améliorer les conditions de travail des agents et la bonne prise en charge des patients.

TRACT PRIME EXCEPTIONNELLE 15.05.2020

Notre hôpital va mal ….!!!!!!! Très mal …. !!!!!!!

Notre hôpital va mal ….!!!!!!! Très mal …. !!!!!!!

Les agents montrent leur colère face aux suppressions de postes, aux réorganisations et aux fermetures de lits lancés par la direction.
Aujourd’hui 8 services sont en grève :

1 –  Grève illimitée au service Urgences Adultes depuis le 02 juin 2019 – CGT/CFDT/FO

2 –  Grève illimitée au service  Urgences Pédiatriques depuis le 10 juillet 2019 – CGT/CFDT/FO
3 –  Grève illimitée au service Transport Logistique depuis le 20 juin 2019 – CGT
4 –  Grève illimitée au service Chirurgie Ortho Traumatologie depuis le 28 Juillet 2019 – CGT/CFDT/FO
5 –  Grève illimitée au service CTAU – ARM depuis le 28 août 2019 – CGT
6 –  Grève illimitée au service Néonatalogie, pour les agents de Nuit, depuis le 20 Septembre 2019 – CGT/CFDT/FO
7 –  Grève illimitée au Bloc Opératoire Central pour toutes catégories professionnelles, depuis le 06 octobre 2019 – CGT/CFDT/FO
8 –  Grève illimitée pour les IBODE et IDE du Bloc Opératoire Central, depuis le 09 octobre 2019 – CGT/CFDT/FO

Un 9ème Préavis a été déposé jeudi 10 octobre 2019…….A SUIVRE……….!!!!!!!!

La CGT du CH Avignon ne laissera pas faire la direction, le combat ne sera gagnant que TOUS ENSEMBLE !!!!!!!!!

 

BIENVENUE au NOUVEAU DRH

le 02 septembre 2019

5 Services en grève au CHA 

  • Urgences adultes depuis le 27 Mai 2019

  • Transport logistique depuis le 14 Juin 2019

  • Urgences pédiatriques depuis le 4 Juillet 2019

  • Ortho – Traumatologie depuis le 22 Juillet 2019

  • ARM du SAMU depuis le 21 Août 2019

L’actualité locale :

  • CREF : 95 postes supprimés sur 2 ans

( Contrat de Retour à l’Equilibre Financier)

L’actualité nationale :

  • Réforme de la Fonction Publique

  • Réforme des Retraites

  • Réforme « Ma Santé 2022 »

Autant d’éléments qui permettent à la CGT de

souhaiter la BIENVENUE au

NOUVEAU DRH … !!!!!

 

 

 

Grande consultation des adhérents CGT

L’action avec la CGT vous la voulez comment ? Donnez votre avis pour une CGT qui réponde toujours plus à vos besoins !

La force de la CGT, c’est son organisation et sa vie syndicale. Au cœur de ce processus, le syndiqué est un acteur clé, que ce soit pour participer à la prise de décision ou pour être le relais des propositions de la CGT : un syndicat, ce sont des syndiqués. La participation à l’élévation du rapport de force est tout aussi déterminante, et ce sous différentes formes.

À l’issue de son 52e Congrès, la CGT a décidé de lancer une vaste consultation de tous ses syndiqués pour préparer ensemble une rentrée offensive sur 3 sujets essentiels que sont :

  1. les retraites
  2. les salaires
  3. les services publics.

Nous t’invitons donc à répondre à ces quelques questions avant le 30 septembre : http://srvform.cgt.fr:8097/consultationcgt/index.php/survey/index/sid/236446/newtest/Y/lang/fr

Retraites : Ce qui s’annonce pour les Hospitaliers.

 

Retraites :
Ce qui s’annonce pour les Hospitaliers.

Delevoye, responsable Retraites, a présenté son projet jeudi 18  juillet à la presse et aux syndicats. « La Fonction Publique Hospitalière sera perdante » titre le journal Le  Monde du 20 juillet. Vous lirez ci-dessous les attaques contre la retraite des  Hospitaliers prévues par Delevoye.

►Fin de la CNRACL, notre caisse de Retraite.

En page 5 du dossier de presse Delevoye écrit : « Le système universel de retraite remplacera les 42 régimes de retraite actuels… Les régimes spéciaux seront fermés ».

La fin de la CNRACL signifierait la fin de tous nos droits inscrits dans cette caisse de retraite.

►Fin du calcul de la pension sur le salaire des 6 derniers mois.

« Les points s’accumuleront tout au long de la carrière sur un compte et, le moment venu, seront transformés en retraite » (page 5 du dossier de presse)

Actuellement le fonctionnaire hospitalier part avec une pension calculée sur le salaire le plus élevé de sa carrière : le salaire perçu les 6 derniers mois.

Le Régime universel par point implique un calcul sur la totalité de la carrière, donc la prise en compte de salaires bien plus bas que la fin de carrière.

►Moins de cotisation retraite = moins de pension.

« Il est proposé que le taux de cotisations soit de 28,12%, partagé entre l’employeur (60%) et le salarié (40%)… » (page 6 du dossier de presse)

Actuellement, pour un salaire brut de 1600€, 664€ vont à la caisse de retraite. L’employeur verse en plus du salaire 30,65% à la CNRACL, soit 490,40€, et le salarié cotise pour 10,85% soit 173,60€.

Demain, selon Delevoye, seulement 449,92€ iraient à la caisse de retraite : 269,92€ versé par l’employeur, et 180€ cotisés par le salarié.

L’hospitalier perdrait 6,4€ sur son salaire net et, chaque mois, l’employeur serait autorisé à verser 220,48€ en moins. Chacun comprend que les pensions seront diminuées d’au moins autant

►Fin de la catégorie active.

«L’âge légal de 62 ans s’appliquera… Ainsi les départs anticipés des régimes spéciaux et de la fonction publique, notamment ceux des emplois classés en « catégorie active », seront progressivement fermés » (page 13 du dossier de presse)

Les Aides-soignantes, les ASHQ, les infirmières et paramédicaux de catégorie B, peuvent partir à 57 ans, car elles et ils bénéficient de la catégorie active.

Elles et ils bénéficient de la bonification de 1 an pour chaque 10 ans travaillés.

Pour ceux qui perdraient la catégorie active, ce serait 5 ans de plus pour avoir le droit d’être en retraite. Delevoye propose de grappiller 6 mois de moins, 1 an, exceptionnellement 2, selon les postes occupés tout au long de la carrière (c’est ce qu’il appelle le compte professionnel de prévention). C’est très loin des droits de la catégorie active.

►L’aveu de Monsieur Delevoye.

« Des départs anticipés seront conservés pour les militaires et les fonctionnaires ayant des fonctions dangereuses dans le cadre de  fonctions régaliennes » (page 13  dossier de presse).

Delevoye sait que son régime Universel par point fait baisser les  pensions et retarde l’âge de départ, alors il épargne les militaires et  les policiers… Mais pas les Hospitaliers !

►64 ans ! Tous perdants !

« Il est proposé que, pour la génération 1963, l’âge du taux plein soit fixé à 64 ans » (page 8 du dossier de presse).

Le salarié (fonctionnaire ou non) qui partirait avant 64 ans serait pénalisé. Départ à 63 ans = moins 5%.

Départ à 62 ans = moins 10%.

Le président Macron et le 1er Ministre, annoncent l’ouverture d’un grand débat sur les Retraites.

Que discuter si les 42 régimes actuels sont supprimés ?

Que discuter si la CNRACL et la catégorie active disparaissent ?

Que discuter avec des pénalités pour les départs avant 64 ans ?

 Le préalable à toute discussion, c’est le maintien de tous nos droits, le maintien des droits des hospitaliers, le maintien de la CNRACL et de la catégorie active.

La défense de nos retraites exige que le rapport Delevoye soit retiré.

Sinon ?

Le rapport Delevoye consiste à nous briser les 2 jambes. Débattre dans ce cadre revient à négocier l’antalgique.

 Maintien de la CNRACL et de tous nos droits.

Retrait du rapport Delevoye.

Non au régime universel par Points.

LA TREVE ESTIVALE N’EXISTE PAS AU CENTRE HOSPITALIER D’AVIGNON !

La trêve estivale n’existe pas au Centre Hospitalier d’ Avignon……….!!!!!!!

A la demande des agents, IDE et AS du service B2, service d’ Ortho  traumatologie, les 3 organisations syndicales, CGT CFDT et FO,  ont déposé lundi 22 juillet 2019, un préavis de grève illimité débutant le 28 juillet 2019 à 00:00.

La direction a reçu les agents de ce service accompagnés des  organisations syndicales, le mercredi 24 juillet 2019 à 16  h 00, afin d’entendre les revendications de ces agents.

Dans un deuxième temps et en parallèle, les 3 organisations syndicales ont demandé un CHSCT Extraordinaire, qui s’est tenu le 25 juillet,  dénonçant les mauvaises conditions de travail des ces agents, ainsi que leur sécurité et celle des patients.
La CGT avait lancé une alerte en avril 2019 à la direction, alors que notre vote en CTE du 31 Janvier 2019 avait été CONTRE cette réorganisation, signalant « les conséquences désastreuses sur les conditions de travail »………

Le directeur a fait la sourde oreille, et bien maintenant il assumera toutes responsabilités.

–  Grève illimitée au service Urgences Adultes depuis le 02 juin 2019.

–  Grève illimitée au service Transport Logistique depuis le 20 juin 2019.

–  Grève illimitée au service  Urgences Pédiatriques depuis le 10 juillet 2019.

 Grève illimitée au service Ortho Traumatologie depuis le 28 juillet 2019.

MOTION AU CTE DU 18 JUILLET 2019

Avignon, le 18 juillet 2019

MOTION AU CTE DU 18 JUILLET 2019

Les représentants du personnel CFDT, CGT et FO au CTE du centre hospitalier d’Avignon posent aujourd’hui en séance, cette motion concernant la re-convocation du CTE du 09 juillet 2019

Nous avons constaté, M. le Directeur, que les décisions que vous prenez ne tiennent pas compte de nos remarques.

Nous, élus par le personnel, relevons les problématiques du terrain et sommes garants du respect de la loi.

Dorénavant, nous vous demandons de prendre en compte les remarques qui seront soulevées par les élus lors des re-convocations de CTE, afin de garantir le bon fonctionnement des services et de notre hôpital

Votre non prise en compte de ces avis entraine des positions illégales, de votre part, à la réglementation et met en difficulté les agents et le fonctionnement de l’établissement.

 

Compte-rendu du CHSCT et du CTE du 9 juillet 2019

Avignon, le 9 juillet 2019

Compte-rendu du CHSCT et du CTE du 9 juillet 2019
(Mêmes dossiers présentés)

Info sur le renfort IDE aux urgences gynéco (CTE) :

Suite à un besoin, un poste d’IDE a été créé en 2013, en 7 h 48 du  lundi au vendredi pour assurer  les urgences gynéco en collaboration  avec les sages-femmes.
La fréquentation augmentant dans ce service, il a été décidé que ce  poste soit ouvert 7 j / 7j avec  une amplitude de 12 h 00.
Signaler que ces agents sont mobiles et vont remplacer sur le    secteur 3 de maternité.

Bilan positif car présence de l’IDE nécessaire à la bonne prise en  charge des patientes.

AVIS :

Organisation du service endocrinologie :

Situation actuelle, poste vacant d’une IDE de nuit sur l’hôpital de  semaine (HDS) depuis octobre  2018. Difficulté de recruter un agent  sur ce poste.

Proposition pour la nuit de regrouper les 2 secteurs (tradi + HDS),  qui seront pris en charge par  un binôme IDE/AS comptabilisant ainsi  26 patients du lundi au vendredi, et 12 patients + lit de  crise le  week-end, jours fériés et une partie des vacances.
Perte de – 1.2 ETP d’IDE
Gain de + 1.4 ETP d’AS soit + 0.2 ETP d’AS.

Problématiques du rappel sonnettes suite à la nouvelle organisation   géographique.
Le planning de nuit reste inchangé avec un dépassement horaires de  50 h/ semaine.
L’organisation du personnel de jour reste inchangée, une relève orale  est maintenue sur le secteur  tradi et une relève écrite sur l’  HDS.
La CGT a demandé la fiche de tache de l’AS.

NB : le document unique doit être revu très rapidement. Demande de la CGT.

Vote CHSCT :
CGT = Abstention car effectif en hausse, malgré la réorganisation.
FO = Abstention
CFDT = Abstention
Vote du représentant médical : Pour

Vote CTE
CGT / FO / CFDT = Abstention
Médecin = Pour

– Mise en place des 12 h en cardiologie traditionnelle :

Dans un contexte de CREF, la direction a demandé à ce service de  restituer 1.3 ETP.
Pour cela, le scénario retenu est un passage en 12 h, avec présence   de 2 IDE en 12 h + 1 renfort  en 7 h 48, du lundi au vendredi, et 2 IDE  le W-end. 3 AS de jour du lundi au vendredi et 2 le W- end, 1  binôme IDE/AS la nuit.
Il est proposé par l’encadrement une mutualisation du personnel sur  le plateau.

Problématiques soulevées par la CGT :

– Planning AS de jour, sur 7 jours glissants, l’agent travaillera 60 h.
– Planning IDE de jour, plusieurs semaines comptabilisent 48 h de  travail, ce qui est illégal  (CF. Décret du 4 Janvier 2002).
La CGT demande, comme le prévoit ce décret, de payer les agents en  heures sup. de la 44ème  heure à la 48 h.
– Planning IDE/AS de nuit, plusieurs semaines dépassant le temps  légal de travail, soit 60 h  par semaine.
– Les fiches de taches pour l’AS +IDE, montrent qu’il est demandé aux  agents de prendre leur  poste 15 mns plus tôt, afin de prendre la  relève, faisant ainsi dépasser l’amplitude horaire  de 12 h. (CF Décret N° 2002-9 du 04 janvier 2002 )
– Le WE, pas d’AS en décalé comme la semaine (8h/20h). Qui  débarrasse les plateaux ? On  nous répond que ce sont les ASH. Donc  nous relevons que les équipes de soins ne savent  donc pas ce  que les patients ont mangé surtout ceux qui ont des régimes  alimentaires  particuliers et que ce n’est pas le rôle de l’ASH. L’encadrement est embêté et n’a pas  réfléchi à cette  problématique…

La CGT demande également que la fréquence des visites médicales à  la médecine du travail soit  renforcée.
La CGT demande au Directeur « Qui sera responsable pénalement  s’il arrive un  accident à un agent, dépassant les 48 h de travail sur 7  jours glissants ? » Le directeur  répond « Je serai responsable …… ».

Cette organisation sera mise en place au 1er janvier 2020, avec évaluation à 6 mois.

Vote CHSCT :

CGT / FO /CFDT = CONTRE
Représentant médical = Pour

Vote CTE
CGT / FO / CFDT = CONTRE

– Mise en œuvre des 12 h au SMIIAP ( SMA) :

Suite à la mise en place des 12 h au SMIIAP en 2016, la CGT avait  saisi le tribunal administratif,  concernant le fait que les 12 h sont  une amplitude horaire dérogatoire et elle n’est pas justifiée  dans les  services de soins ; sachant que ces horaires atypiques sont néfastes  sur la santé à long  terme et que les 12 h de repos entre chaque   vacation n’est pas respectée (dépassement dû aux  relèves).
Le tribunal a donné raison à la CGT en démontrant que cette   organisation en 12 h n’est pas  justifiée au SMIIAP.
La direction nous représente un nouveau dossier en essayant de  démontrer que le SMIIAP est un  service « post urgences » et que  cette organisation en 12 h serait justifiée…

La CGT relève les problématiques suivantes :

L’encadrement pose comme objectif « d’assurer la continuité des  soins 24 h / 24 h et  7j/7 ». La CGT relève que tous les services de  soins ouverts 7j/7 et 24h/24  assurent la continuité des soins peu  importe l’amplitude horaire … qu’ils soient  en 7h36, 7h48, 10h…
Concernant la proposition de passage en 10 h des ASH : le planning  n’est pas conforme à la  règlementation avec des semaines à 50h sur 7 jours glissants.
Le planning IDE de jour n’est lui non plus pas réglementaire avec  des semaines en 48h. La  CGT demande comme le prévoit la  règlementation que les heures de la 44ème à la 48ème  soient payées en heures supplémentaires.
Le planning AS de nuit : nous remarquons après divers échanges  avec l’encadrement que  les horaires des AS de nuit ont été décalés de ¼ d’heures sans passage au CTE… et que le  planning n’est pas conforme non plus avec des semaines à 50h.
Les plannings IDE de jour : non règlementaire non plus avec des  semaines à 48h et sans  cycle de travail…
Le planning IDE de nuit comporte aussi des semaines à 48h.

La CGT demande à l’encadrement comment se déroulent les relèves  car l’IDE de nuit doit passer  la relève à 3 IDE de jour et inversement  le matin. Ils répondent que les agents prennent leur  poste ¼ d’heure  plus tôt et que la relève dure environ 25 minutes !!!
Donc les agents travaillent en moyenne 12h25 et non 12h !!! 

Vote CHSCT :

CGT et FO : CONTRE
CFDT : Abstention
Représentant médical Pour
Vote CTE
CGT ET CFDT : CONTRE
FO : Abstention

INFOS diverses

 

– Point dans le service de B2 (traumato) par la DSSI :
Equipe moins en difficulté.
Il n’y a plus de fiches d’incident concernant la qualité de prise en charge des patients.
Les visites médicales sont plus régulières avec la présence du cadre  de santé, le DPI est mieux  renseigné par le corps médical.
On garde une vigilance car bien souvent le service est plein et reçoit  d’autres patients d’autres  services de chirurgie ou les patients  d’ortho sont hébergés ailleurs. La prise en charge de ces  patients est donc bien plus compliquée car les chirurgiens font la visite dans   leurs services et  passent dans les autres services quand ils « veulent  » en désorganisant du coup le service  d’accueil.
Le travail en binôme ne fonctionne pas bien, il sera revu en  septembre.

Les points positifs :
– les agents commencent à prendre plaisir à travailler ensemble.
– le vécu des étudiants est bon.

Les points négatifs :
– Inquiétude de l’équipe suite au départ de la cadre de santé.
– Une IDE venue en remplacement a mal vécu sa prise de poste.
– Problématique de l’OPH dans le service avec un travail à faire sur  les visites médicales et les  outils de suivi de transmission.

– Conduite à tenir lors d’un décés au village

Problématique : lorsqu’un patient décède la nuit au village ou bien  en l’absence du médecin,  l’équipe appelle la régulation du SAMU  mais quand les équipes médicales sont en intervention,  l’attente peut être longue…
Réponse du représentant du corps médical : il n’y a pas vraiment de  procédure écrite… le corps  médical s’est réuni pour en discuter. Ce  qui en ressort c’est que pour les urgences, on appelle la  régulation et  ils déclenchent un départ quand celui-ci est disponible…
Pour les certificats de décés, c’est un acte médical qui doit être  rédigé par un sénior alors  qu’actuellement ils sont faits par les  internes, mais pour l’instant, il sera organisé un déplacement  de l’interne du SAMU dans les meilleurs délais.
Une procédure écrite sera rédigée.

– Unité médecine ambulatoire (UMA)

L’activité de ce secteur augmente depuis l’arrivée du Dr Israel, les  cures de « REMICADE » et les  transfusions sanguines.
Un médecin gériatre arrive en septembre laissant présager   également une nouvelle augmentation  d’activité.
Un poste d’IDE et d’AS sont gelés.

Depuis notre intervention en CTE, une note de service est sortie  pour une vacance de poste d’AS  à 100% à l’UMA…

Concernant le poste d’IDE qui est gelé, si les transfusions  augmentent, il sera certainement  dégelé..

 

Etre assigné ET gréviste : MODE D’EMPLOI 

Lorsque notre syndicat appelle les salariés de l’établissement à un mouvement de grève.

Il dépose un préavis de grève auprès de la Direction Générale au minimum 5 jours francs avant la date prévue. 

Le service minimum mis en place dans l’établissement implique une obligation de service et dès lors les agents concernés sont assignés par courrier recommandé avec A.R (au CHA l’usage est de signer la liste affichée).

2 possibilités :

JE SUIS GREVISTE, ET JE NE SUIS PAS ASSIGNE(E)

  • Je n’ai pas à prévenir avant,

  • Je ne me rends pas à mon travail

JE SUIS ASSIGNE(E) ET JE VEUX ETRE GREVISTE

  • Je dois me rendre à mon poste de travail à l’heure prévue

  • Je me déclare assigné(e) gréviste auprès de mon cadre (oralement ou par mail)  sans perte de salaire

  • Etre assigné(e) gréviste n’entraine aucune modification sur les horaires ou le travail, et sur le salaire non plus…

la liste des assignations est obligatoirement affichée dans le service :

SI JE VEUX FAIRE LEVER MON ASSIGNATION

  • je vérifie la présence de collègues non grévistes en plus des collègues assigné(e)s. Il faut toutefois en être certain.
  • je fais valider le changement pas ma hiérarchie…

 

Chacun peut faire grève

=> je fais la grève 1 heure  ? 1 heure de salaire en moins

=> je fais la grève 2 heures ? 2 heures de salaire en moins…..etc.……..

 

L’absence de service fait donne lieu à une retenue proportionnelle à la durée de la grève, en comparant cette durée aux obligations de service auxquelles l’agent était soumis pendant la période de grève. Ainsi, la retenue est égale à :

  • 1/30è pour une journée d’absence,
  • 1/60è pour une demi-journée d’absence,
  • 1/151,67è par heure d’absence.

Si la grève dure plusieurs jours consécutifs, le nombre de 30mes retenus est égal au nombre de jours compris du 1er jour inclus au dernier jour inclus de grève. Ce décompte s’applique même si, durant certaines de ces journées, l’agent n’avait aucun service à accomplir (jours fériés, congés, week-ends). Ainsi, par exemple, lorsqu’un agent fait grève un vendredi et le lundi suivant, il lui est retenu 4/30mes.

les jours de grève ne donnant pas lieu à cotisation retraite ne sont pas prises en compte pour la retraite.

 

 UN GREVISTE COMPTABILISE c’est une voix qui soutient la grève.. Une voix qui soutient la grève peut participer également à la manifestation

 

LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL APPELLENT A LA GREVE :  PARTICIPONS SOLIDAIREMENT

 

DEMANTELEMENT DU SERVICE PUBLIC

CONDAMNATION DES HOPITAUX  PUBLICS PAR LES REFORMES

=

EXECUTION DES MISSIONS PUBLIQUES

 

Ces derniers mois, des événements inacceptables sont survenus  dans nos hôpitaux publics : urgences débordées, manque de lits,  fermetures de services …

Les conséquences sont catastrophiques pour les personnels avec la  multiplication des cas de burn-out, d’arrêt de travail, de suicides… Les dégradations d’accueil et de prise en charge des patients ne font  qu’augmenter.

L’hôpital d’Avignon n’est pas épargné par cette politique. La  direction a annoncé un CREF (Contrat de retour à l’équilibre  financier) se traduisant par des suppressions de postes (95 postes  en 2 ans) et des fermetures de lits.

L’offre de soins diminue en ville, moins de spécialistes, moins de  médecins généralistes,… L’hôpital reste la seule structure pouvant  accueillir les patients 24h/24h et 7j/7j et pour certains la seule  possibilité de se soigner.

Les urgences d’Avignon en est le reflet avec une augmentation du  nombre de passages sans augmentation de personnel pour autant et  dans des locaux inadaptés.

Le personnel des urgences est en grève afin de dénoncer leurs  conditions de travail. Les agents demandent des moyens matériels et  humains, afin de pouvoir exercer leur métier dans de bonnes  conditions et maintenir une qualité de soins.

Nous exigeons :

 La suppression du CREF dont la seule réponse de la direction est la réduction du personnel, la  fermeture de lits et de services.

La réouverture des lits fermés sur l’hôpital, beaucoup trop de patients passent des nuits sur des brancards par manque de lits sur l’hôpital.

L’embauche statutaire de personnels qualifiés et la «stagiairisation» des contractuels en place afin d’augmenter les effectifs dans les services qu’ils soient soignants, administratifs et techniques.

  

« La santé n’est pas une marchandise

et l’hôpital ne peut pas être géré comme une entreprise »

 

SOUTENONS L’ENSEMBLE DES PERSONNELS HOSPITALIERS

 

POUR STOPPER LA CASSE DE L’HÔPITAL ET DES SERVICES PUBLICS.