Archives de catégorie : Action

POURSUIVONS L’ACTION

 

La crise COVID n’a fait que mettre en lumière les difficultés de notre hôpital et le « Ségur de la Santé» n’est qu’une mascarade… !!!

– Réorganisations des services !!!
– Déréglementations du temps de travail !!!
– Suppression de postes !!!
– Embauche insuffisante !!
– Suppression des congés !!! …

STOP !!! EXPRIMONS NOTRE MÉCONTENTEMENT
LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

La CGT revendique :

Des embauches massives de personnels,
L’ouverture massive de lits, de structures médico-social et social partout où cela est nécessaire,
La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels atteint par le covid-19,
L’arrêt de la déréglementation possible sur le temps de travail prévu par le protocole d’accord du« Ségur de la santé » et la baisse du temps de travail pour nos métiers pénibles
L’abrogation du décret sur les licenciements dans la Fonction publique hospitalière,
Des augmentations de salaire pour tous dans la fonction publique hospitalière et le médico-social.
Un départ anticipé à la retraite pour tous et une revalorisation des pensions de retraite,
Un Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale qui réponde aux besoins des professionnel.le.s et de la population

Soyons mobilisés le 15 Octobre 2020 !

Face à un gouvernement qui continue à communiquer qu’il maîtrise la situation et aurait réglé tous les problèmes grâce « au Ségur de la Santé ». Ce ne sont pas les augmentations de salaires, obtenus seulement pour certains, qui vont NOUS faire taire !!!

Les manques d’effectifs récurrents sont INACCEPTABLES et doivent cesser !

LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL
DÉPARTEMENTAL
RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Communiqué de presse, Montreuil, le 21 septembre 2020.

Protocole « Carrières et Rémunérations » du personnel non médical
La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Attachée au dialogue social et aux règles qui le régissent, la  Fédération de la Santé et de l’ Action Sociale a comme  volonté dans cette requête juridique de faire respecter sa  représentativité issue des élections professionnelles dans la  FPH de 2018, sa légitimité à représenter les salarié.e.s concerné.e.s, disposition qui devrait être étendue à toutes les  organisations syndicales représentatives non signataires.

Ceci pour être présente aux futurs échanges,  consultations  et négociations issus et qui découleront du protocole d’accord sur « Carrières et rémunérations » des personnels non  médicaux et du Ségur de la Santé.
En effet, l’exclusivité donnée dans le protocole aux seules  organisations signataires à de futures mesures et décisions  qui  s’imposeront aux profesionnel.le.s est une clause qui rompt avec  l’impartialité dont doit faire preuve le dialogue  social et la nécessité  de traiter de manière égalitaire toutes les organisations syndicales  représentatives au niveau  national, élues pour représenter les  personnels relevant de la Fonction Publique Hospitalière. D’ailleurs  la CGT a porté  bien seule, sans gain de cause, pendant toute la  phase de négociations, cette demande de retrait dans le protocole  de la notion d’exclusion des non signataires, tant pour le comité de  suivi que pour les futurs groupes de travail et/ou  réunions issus du protocole qui seront amenés à proposer et à modifier notamment  des éléments indemnitaires des  personnels.
Dans ce contexte, la Fédération CGT de la Santé et de l’ Action   sociale a sollicité le ministre par courrier du  17 septembre 2020 «  en prévision de la reprise des discussions à la suite de la signature des deux accords du 13  juillet 2020 dans le cadre du “Ségur de la  Santé” ». Puisque, manifestement, la Fédération a été exclue des   premiers  comités de suivi et groupes de travail, sa secrétaire   générale a prié le ministre « de veiller à convoquer la Fédération à  l’ensemble des réunions qui se tiendront dans le cadre de la  poursuite du “Ségur de la Santé” », expliquant à ce dernier  que, « en effet, la Fédération n’a pas été invitée à la réunion qui a donné lieu à la signature de l’avenant n°1 à l’accord  relatif à la fonction publique hospitalière – Rendre attractive la fonction publique hospitalière : Revaloriser les carrières  et les rémunérations et sécuriser les environnements de travail, signé le 1er septembre 2020 ».
Dans ce même courrier, la Fédération a également relevé que «  plusieurs clauses réservent aux seuls signataires  des accords du 13  juillet 2020 la participation aux futures concertations relatives,  notamment, au régime indemnitaire  des agents hospitaliers, excluant de facto les organisations syndicales représentatives non-signataires ». Il a donc été  demandé au ministre « de ne pas tenir  compte de ces clauses prévoyant que seuls les signataires des  accords du 13  juillet 2020 se réuniront pour en discuter les modalités d’application ».
Par conséquent, il appartient maintenant au Juge des référés, qui  nous l’espérons ne manquera pas de relever l’atteinte  grave et  manifestement illégale portée à la liberté syndicale par le ministre des Solidarités et de la Santé, de prendre les  mesures nécessaires pour faire disparaître les effets de cette atteinte et d’enjoindre les instances organisatrices du «  Ségur de la Santé  », et notamment le ministre des Solidarités et de la Santé, d’assurer à la Fédération et aux organisations  représentatives non signataires un traitement égal à celui des autres organisations représentatives signataires, en les  conviant sans délai à toutes les réunions de suivi des accords du 13 juillet 2020 à venir, indépendamment de leur statut  de signataire ou de non-signataire des dits accords.

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

Avignon Le 07/09/2020

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

La crise sanitaire a démontré combien nous sommes essentiels  notamment pour garantir à toutes et tous l’accès aux droits sociaux  et aux soins.
Nous nous souviendrons et ne sommes pas près d’oublier les mots du président de le République lors de son discours du 13 Avril dernier : « les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune, notre pays tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnais-sent et rémunèrent si mal ».
En effet, 10 ans de gel du point d’indice, ce n’est pas tolérable et juste. Une des urgences est bien la revalorisation conséquente des salaires et des carrières.
La CGT n’est pas signataire de l’accord sur le SEGUR, nous ne demandions pas des « miettes » mais une juste reconnaissance de nos métiers avec une augmentation de 300 euros net par mois.
Le remaniement ministériel, qui a changé les têtes sans changer les orientations, ne doit tromper per-sonne: nous devons continuer à préserver nos intérêts et à s’organiser, toutes et tous ensemble, pour faire obstacle au monde voulu par le gouvernement et le Medef.
La CGT, avec les salariés mobilisés, fait d’autres choix de société, à l’opposé de ceux présentés comme inéluctables.
Nous revendiquons donc :
Augmentations des salaires, des pensions de retraites, dégel du point d’indice et le Smic à 1800 euros (soutien à une meilleure consommation des ménages).
→ Le renforcement de notre sécurité sociale et de notre système de retraite solidaire par répartition, avec un départ en retraite à taux plein à 60 ans pour toutes et tous. (solidarité intergénéra-tionnelle et création d’emplois).
L’abrogation de la journée de carence.
La reconnaissance de la pénibilité des métiers de la santé, traduit par la catégorie active dans la Fonction Publique Hospitalière.
→ L’arrêt des fermetures de services et des réouvertures de lits.

Toutes et tous mobilisé-e-s !

LE JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020 À 8H30/9H30 UN CAFÉ DE CONTESTATION SERA PARTAGÉ DANS LE HALL DE L’AQUARIUM
( DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES ET DE DISTANCIATION SOCIALE)

11H00 MANIFESTATION AU DÉPART DU GRAND ROND POINT DE LA D907 ( RN7 APRÈS EURENCO DIRECTION SORGUES)

 

RELEVE DE DECISIONS COMMISSION EXECUTIVE DU 15 MAI 2020

le 15 mai 2020

C.E en comité restreint au vu de la situation : crise sanitaire et plan blanc.

Débat autour du décret 2020-568 du 14 mai 2020 relatif au versement d’une prime exceptionnelle, dans le cadre de l’épidémie COVID 19.

Décisions prises:

– Elaboration d’un tract informatif à tous les agents du centre hospitalier d’Avignon.

– Courrier au directeur du centre hospitalier d’Avignon demandant l’application de l’article 8 du décret (demande d’élévation du montant de la prime à 1500 euro pour tous les agents hospitaliers).

Suppression du CREF (contrat de retour à l’équilibre financier) sur notre établissement afin d’améliorer les conditions de travail des agents et la bonne prise en charge des patients.

TRACT PRIME EXCEPTIONNELLE 15.05.2020

Toutes et tous perdants et la jeunesse sacrifiée !

L’allocution du 1er Ministre confirme et aggrave les propositions  contenues dans le rapport Delevoye.
La CGT constate que le gouvernement reste sourd aux exigences exprimées par les millions de salariés, jeunes, retraités, privés  d’emploi mobilisés massivement depuis des semaines et soutenus majoritairement par l’opinion publique.
C’est le choix du sacrifice de la jeunesse de notre pays qui est  assumé par le gouvernement.
Le Gouvernement non content de faire une réforme systémique  annonce une modification des paramètres de départ en retraite dès l’année prochaine entrainant le recul de celui-ci.
Ainsi, toutes les classes d’âge et toutes les professions public et  privé sont concernées par les mesures annoncées par le 1er  ministre. Le gouvernement tente la division des salariés y compris dans la même entreprise et même profession.
Le gouvernement ne remet pas en cause le blocage des 3 leviers de financement que sont les 14% du PIB consacré au financement, le plafonnement à 120 000 € annuel des salaires soumis à cotisation et refuse d’augmenter les recettes indispensables à l’amélioration du système actuel.
Cela dans un contexte où 6 millions de retraitables sont attendus d’ici 2042. Il apparait donc clairement que la variable d’ajustement serait la valeur du point et donc la baisse du niveau des pensions.
Par ailleurs, le gouvernement décide d’une réforme et confie aux « partenaires sociaux » le soin de sa mise en œuvre et d’en gérer les conséquences pour l’ensemble de la population,
sous le contrôle des orientations budgétaires du gouvernement. Dès lors, ressurgissent les méthodes anti-démocratiques avec la volonté de vouloir passer par ordonnances et décrets des arbitrages essentiels pour l’avenir de nos retraites.
Le gouvernement maintient le cap sur la suppression des 42  régimes spéciaux et particuliers tout en précisant que certains secteurs bénéficieraient d’un traitement particulier. Cette
mesure est aussi une négation de la reconnaissance de la pénibilité au travail. La CGT revendique la prise en compte de la pénibilité du travail par des départs anticipés avant 60 ans pour les salariés du privé comme du public.Avec ces mesures, les femmes restent les grandes perdantes de cette réforme quoi qu’en dise le 1er ministre. La CGT exige la mise en place immédiate de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes telle que la loi le prévoit déjà.
Ajoutons à cela, la tentative de recycler des mesures déjà existantes (minimum de pension à 85% du SMIC soit 1000€, pension de réversion, allocation vieillesse des parents au foyer…)
comme des avancées sociales.
Le 1er ministre avait prévenu qu’il n’y aurait pas d’annonces magiques, le contenu de sa  prise de parole le confirme.

« S’INDIGNER NE SUFFIT PAS, IL FAUT  S’ENGAGER »

ALORS TOUS ENSEMBLE, EN INTERPROFESSIONNEL, CONTINUONS LA BATAILLE
GRÈVE ET MANIFESTATION
LE 17 DECEMBRE à 10H30
AUX ALLÉES DE L’OULLE d’AVIGNON

 

APPEL 17 DECEMBRE

 

Notre hôpital va mal ….!!!!!!! Très mal …. !!!!!!!

Notre hôpital va mal ….!!!!!!! Très mal …. !!!!!!!

Les agents montrent leur colère face aux suppressions de postes, aux réorganisations et aux fermetures de lits lancés par la direction.
Aujourd’hui 8 services sont en grève :

1 –  Grève illimitée au service Urgences Adultes depuis le 02 juin 2019 – CGT/CFDT/FO

2 –  Grève illimitée au service  Urgences Pédiatriques depuis le 10 juillet 2019 – CGT/CFDT/FO
3 –  Grève illimitée au service Transport Logistique depuis le 20 juin 2019 – CGT
4 –  Grève illimitée au service Chirurgie Ortho Traumatologie depuis le 28 Juillet 2019 – CGT/CFDT/FO
5 –  Grève illimitée au service CTAU – ARM depuis le 28 août 2019 – CGT
6 –  Grève illimitée au service Néonatalogie, pour les agents de Nuit, depuis le 20 Septembre 2019 – CGT/CFDT/FO
7 –  Grève illimitée au Bloc Opératoire Central pour toutes catégories professionnelles, depuis le 06 octobre 2019 – CGT/CFDT/FO
8 –  Grève illimitée pour les IBODE et IDE du Bloc Opératoire Central, depuis le 09 octobre 2019 – CGT/CFDT/FO

Un 9ème Préavis a été déposé jeudi 10 octobre 2019…….A SUIVRE……….!!!!!!!!

La CGT du CH Avignon ne laissera pas faire la direction, le combat ne sera gagnant que TOUS ENSEMBLE !!!!!!!!!

 

INFORMATION CHSCT du 01 octobre 2019

LES MEMBRES DU CHSCT MANDATÉS PAR LES SYNDICATS CFDT, CGT et FO ONT VOTÉ A L’UNANIMITÉ UNE EXPERTISE SUR LE PROJET DU SERVICE RESTAURATION.

 

Lecture faite au CHSCT du 01 octobre 2019.

Les membres du CHSCT estiment, au regard des informations en leur possession, se trouver dans l’impossibilité de rendre un avis sur le projet Restauration.

En application de l’Article L. 4612-8-1 du code du travail, les membres du CHSCT demandent une expertise, afin d’obtenir un avis éclairé, et pouvoir se positionner sur ce dossier.

  • Modification technique de l’outil de travail avec l’arrivée des ilots en 2020.
  • Aucunes fiches de postes et de taches n’ont été élaborées.
  • Document unique non revu face à l’arrivée d’un nouvel outil de travail ; à la réorganisation et au changement de rythme de travail(en 12 h des officières + encadrement le weekend) ainsi qu’à la  prévention des risques.
  • Impact sur les agents suite à cette modification technique et organisationnelle.

 

 

                                                   

 

DEFENDONS NOS REGIMES DE RETRAITE : TOUS EN GREVE LE 24 SEPTEMBRE

DEFENDONS NOS REGIMES DE RETRAITE
TOUS EN GREVE LE 24 SEPTEMBRE

– 6 H – RASSEMBLEMENT DEVANT L’HOPITAL AVEC TOUS LES SERVICES EN GREVE
– 10H30 – CITE ADMINISTRATIVE D’AVIGNON

Le 18 juillet dernier, Jean-Paul Delevoye a présenté le projet de « système universel par points ». L’objectif du projet Macron- Delevoye est de mettre en place ce dont rêve le patronat depuis toujours :
– Baisser le montant des pensions en supprimant les 42 régimes de retraite existants, dont le régime général et les complémentaires,
– Détruire la CNRACL, le Code des pensions des fonctionnaires d’Etat, ainsi que les régimes spéciaux, c’est-à-dire tout ce qui est rattaché à un statut et à des droits collectifs.

OBJECTIF : BAISSER BRUTALEMENT LES PENSIONS

Actuellement, vous pouvez calculer le montant de votre future retraite. Elle est basée sur le salaire de vos 25 meilleures années (régime général) ou sur votre salaire des 6 derniers mois (CNRACL pour les fonctionnaires hospitaliers), et votre caisse accorde des
droits supplémentaires liés aux enfants.
Avec le système Macron de retraite par points, c’est fini : la seule chose connue sera le nombre de points que vous aurez accumulé tout au long de votre carrière. C’est le pouvoir politique qui fixe la valeur du point qui pourrait varier d’une année à l’autre en fonction de l’espérance de vie, des exigences de la « compétitivité » économique, des règles budgétaires etc… ce que Delevoye appelle une « règle d’or ».
Pour s’en convaincre, rappelons-nous ce que Monsieur Fillon (ex  Premier ministre) avait dit en 2016 devant les patrons : « Le système par points, en réalité, ça permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue :
ça permet de baisser chaque année le montant des points, la valeur des points, et donc de diminuer le niveau des pensions ».
Cette baisse générale conduirait vers les retraites souscrites individuellement auprès des banques.

CASSER TOUS LES ACQUIS EN SUPPRIMANT LES 42 RÉGIMES EXISTANTS !!!

Dès la page 5 du rapport Delevoye, on lit : « Le système universel de retraite remplacera les 42 régimes de retraite actuels… Les régimes
spéciaux seront fermés ». Cela signifie la suppression de tous les droits contenus dans ces 42 régimes parmi lesquels : CNRACL, CNAV, AGIRC-ARRCO, IRCANTEC…
Pour les fonctionnaires hospitaliers, la fin de la CNRACL entraînerait notamment :

– La fin du calcul de la pension sur le meilleur salaire (celui des 6 derniers mois),
– La fin de la « catégorie active » associée au départ possible à 57 ans (pour les aides- soignantes, les ASH, et tous les paramédicaux ayant gardé la catégorie active).
Page 62, M. Delevoye dénonce sans vergogne le droit des aides-soignants et des ASH de la Fonction Publique Hospitalière à partir à 57 ans, au nom du fait que dans le privé les salariés n’ont pas ce droit ! Qui va oser nous dire que le travail est moins dur, moins  pénible dans les hôpitaux aujourd’hui ? Qui va aller dire cela aux
hospitaliers, aux collègues des urgences actuellement en grève, aux collègues de la psychiatrie et de tous les services ?

Cette reconnaissance devrait plutôt être accordée aux collègues du privé !
Les 42 régimes sont le produit de luttes et de conquêtes de  certaines professions, certains corps de métiers. Mais ils veulent  détruire la caisse de cheminots pour briser la SNCF, détruire la  caisse des énergéticiens pour privatiser complètement EDF, supprimer la CNRACL pour fermer les lits et précariser tous les agents dans les hôpitaux…

RECULER L’ÂGE DE DÉPART, 64 ANS VOIRE PLUS !!

Macron, le MEDEF et Laurent Berger sont tous d’accord : ils  veulent que les salarié.e.s travaillent plus longtemps. Ils ne  manquent pas d’idées : Baisser les pensions avec le système par points pour obliger chacun.e à travailler plus longtemps (Macron,
MEDEF, L.Berger), instaurer un âge pivot avec des pénalités si vous partez plus tôt (Delevoye, MEDEF), allonger le nombre obligatoire d’années travaillées (MEDEF, Macron, L.Berger).
Cela signifie que les salarié.e.s complètement cassé.e.s à la retraite.
arriveraient Cette réforme, si elle voit le jour, aura pour
conséquence :

– La baisse du niveau des pensions de toutes et tous !!!
– La liquidation du système solidaire mis en place en 1945,
– L’ouverture du système retraite aux marchés financiers.

Comme l’a réaffirmé le congrès confédéral de mai 2019 : « La CGT s’engage à combattre le projet gouvernemental “Delevoye” de  système universel de retraite à points et défend le maintien et  l’amélioration des 42 régimes de retraites existants. ».

Alors, le 24 septembre, la CGT appelle à se mobiliser pour obliger le Gouvernement à renoncer à son projet de réforme et gagner une retraite à 60 ans sans décote et avec un minimum de pension à 1 200 euros nets.

NE TOUCHEZ PAS À LA CNRACL.

RETRAIT DU PROJET MACRON-DELEVOYE DE SYSTÈME  UNIVERSEL DE RETRAITE PAR POINTS !

 

Préavis de grève illimité du personnel ARM du SAMU

Avignon, le 21 aout 2019.

Les ASSISTANTS DE REGULATION MEDICALE du SAMU  déposent un préavis de grève pour dénoncer leurs conditions de travail.

Ils rejoignent ainsi le mouvement national des urgences adultes ainsi que les autres services du centre hospitalier d’Avignon tels que : Urgences pédiatriques, Orthopédie, Transport.
– Les revendications locales du personnel portent sur :
  • La titularisation de l’ensemble des ARM contractuels.
– Les revendications nationales portent sur :
  • La demande de l’indemnité forfaitaire de risque,
  • La réévaluation de la grille salariale,
  • La revalorisation du point d’indice.

Le directeur a reçu, aujourd’hui 26 août 2019 à 14 h 30, les agents et la CGT, la discussion s’est centrée sur les revendications locales (titularisation des agents contractuels). Même si les agents ont été entendus, la grève débutera le mercredi 28 août 2019 à 00:00. 

La grève commencera le mercredi 28 Aout 2019 à 0 h 00.

Il est de la responsabilité de la direction :
– de permettre aux personnels de cet hôpital d’exercer son travail dans des conditions optimales et en toute sécurité,
– et d’offrir aux patients une qualité de soins et des services permettant leur accueil.

Soutenons nos collègues du SAMU !!!
Luttons ensemble pour sauver notre hôpital !!!

 

Etre assigné ET gréviste : MODE D’EMPLOI 

Lorsque notre syndicat appelle les salariés de l’établissement à un mouvement de grève.

Il dépose un préavis de grève auprès de la Direction Générale au minimum 5 jours francs avant la date prévue. 

Le service minimum mis en place dans l’établissement implique une obligation de service et dès lors les agents concernés sont assignés par courrier recommandé avec A.R (au CHA l’usage est de signer la liste affichée).

2 possibilités :

JE SUIS GREVISTE, ET JE NE SUIS PAS ASSIGNE(E)

  • Je n’ai pas à prévenir avant,

  • Je ne me rends pas à mon travail

JE SUIS ASSIGNE(E) ET JE VEUX ETRE GREVISTE

  • Je dois me rendre à mon poste de travail à l’heure prévue

  • Je me déclare assigné(e) gréviste auprès de mon cadre (oralement ou par mail)  sans perte de salaire

  • Etre assigné(e) gréviste n’entraine aucune modification sur les horaires ou le travail, et sur le salaire non plus…

la liste des assignations est obligatoirement affichée dans le service :

SI JE VEUX FAIRE LEVER MON ASSIGNATION

  • je vérifie la présence de collègues non grévistes en plus des collègues assigné(e)s. Il faut toutefois en être certain.
  • je fais valider le changement pas ma hiérarchie…

 

Chacun peut faire grève

=> je fais la grève 1 heure  ? 1 heure de salaire en moins

=> je fais la grève 2 heures ? 2 heures de salaire en moins…..etc.……..

 

L’absence de service fait donne lieu à une retenue proportionnelle à la durée de la grève, en comparant cette durée aux obligations de service auxquelles l’agent était soumis pendant la période de grève. Ainsi, la retenue est égale à :

  • 1/30è pour une journée d’absence,
  • 1/60è pour une demi-journée d’absence,
  • 1/151,67è par heure d’absence.

Si la grève dure plusieurs jours consécutifs, le nombre de 30mes retenus est égal au nombre de jours compris du 1er jour inclus au dernier jour inclus de grève. Ce décompte s’applique même si, durant certaines de ces journées, l’agent n’avait aucun service à accomplir (jours fériés, congés, week-ends). Ainsi, par exemple, lorsqu’un agent fait grève un vendredi et le lundi suivant, il lui est retenu 4/30mes.

les jours de grève ne donnant pas lieu à cotisation retraite ne sont pas prises en compte pour la retraite.

 

 UN GREVISTE COMPTABILISE c’est une voix qui soutient la grève.. Une voix qui soutient la grève peut participer également à la manifestation

 

LES REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL APPELLENT A LA GREVE :  PARTICIPONS SOLIDAIREMENT

 

Préavis de Grève illimité des agents du service des urgences pédiatriques

Avignon, le 04 juillet 2019

L’intersyndicale CGT, FO et CFDT vient de déposer un préavis de  grève illimitée à compter du 04 Juillet 2019 concernant les PDE,  IDE, AP/AS, ASH et médecins du service des urgences pédiatriques  afin de dénoncer la dégradation des conditions de travail et de la  prise en charge des patients.

Ce préavis concerne :

Revendications locales :

– Augmentation du personnel (ASH, AP/AS, PDE/IDE) en adéquation avec l’agrandissement des locaux et une hausse prévisible des passages aux Urgences Pédiatriques.

– Passage à 2 auxiliaires de puériculture en poste en 12h tous les jours.

– Maintien du renfort hivernal « bronchiolite » l’après-midi par une AP.

– Renfort de l’équipe de nuit en période hivernale « bronchiolite » d’une IDE/PDE.

– Présence d’un brancardier les week-ends et jours fériés de jour.

– Augmentation de l’effectif médical afin de sécuriser et d’assurer la prise en charge aux Urgences Pédiatriques et les hospitalisations dans des lits de Pédiatrie.

– Présence d’un agent de sécurité de manière régulière de jour et de nuit, qui puisse venir et rester en cas de besoin, ronde régulière plus d’une fois par jour.

–  Augmentation de la plage horaire de la maison médicale permettant de désengorger le service.

– Augmentation de la valeur du point d’indice.

La totalité des agents de ce service soutient les revendications nationales des services d’urgences.

Conformément à la règlementation, la période du préavis doit voir l’ouverture de négociations sur ces revendications.

En l’absence d’accord à l’issue des négociations, la grève prendra effet le mercredi 10 Juillet 2019 à zéro heure.

le 2 juillet 2019 TOUS ENSEMBLE !

ON NE LACHERA RIEN !

 Pour obtenir les revendications des personnels et leurs financements.

Depuis des années, les syndicats CGT et FO alertent sur les  fermetures d’hôpitaux, de services, de lits et sur la dégradation des  conditions de travail subies par les personnels.

Notre hôpital n’est pas épargné par cette politique d’austérité.

Le service des urgences adultes est en grève pour dénoncer leurs  conditions de travail et leurs difficultés de prise en charge des patients. Les urgences ne sont que le reflet du malaise vécu dans les autres  services.

TROP DE SOUFFRANCE AU TRAVAIL = STOP !!!!

Revendiquons ensemble :

NON 
  • au contrat de retour à l’équilibre financier au CHA
  • aux suppressions de postes
  • aux désorganisations du travail et aux plannings illégaux
  • aux fermetures de lits programmées au CHA
  • aux projets de loi  « Ma santé 2022 », et de la loi dite « de transformation de la Fonction Publique »
OUI 
  • aux réouvertures de lits sur l’hôpital
  • à l’augmentation des salaires par la revalorisation du point d’indice et son rattrapage

Le gouvernement doit entendre notre souffrance et stopper l’hémorragie en débloquant de toute urgence des enveloppes financières pérennes pour le bon fonctionnement de nos établissements, de nos services.

 Devant les annonces qui ne prennent pas la mesure de l’urgence des dégradations des conditions de travail et de sécurité des salariés, impactant la qualité et la sécurité de la prise en charge de la population :

 TOUS ENSEMBLE DEVANT LA CITE ADMINISTRATIVE D’AVIGNON

LE 2 JUILLET A 9 H 30.

 

Le gouvernement doit entendre la colère des professionnels et répondre aux revendications sans délai.

Tract Grève 02 juillet 19

DEMANTELEMENT DU SERVICE PUBLIC

CONDAMNATION DES HOPITAUX  PUBLICS PAR LES REFORMES

=

EXECUTION DES MISSIONS PUBLIQUES

 

Ces derniers mois, des événements inacceptables sont survenus  dans nos hôpitaux publics : urgences débordées, manque de lits,  fermetures de services …

Les conséquences sont catastrophiques pour les personnels avec la  multiplication des cas de burn-out, d’arrêt de travail, de suicides… Les dégradations d’accueil et de prise en charge des patients ne font  qu’augmenter.

L’hôpital d’Avignon n’est pas épargné par cette politique. La  direction a annoncé un CREF (Contrat de retour à l’équilibre  financier) se traduisant par des suppressions de postes (95 postes  en 2 ans) et des fermetures de lits.

L’offre de soins diminue en ville, moins de spécialistes, moins de  médecins généralistes,… L’hôpital reste la seule structure pouvant  accueillir les patients 24h/24h et 7j/7j et pour certains la seule  possibilité de se soigner.

Les urgences d’Avignon en est le reflet avec une augmentation du  nombre de passages sans augmentation de personnel pour autant et  dans des locaux inadaptés.

Le personnel des urgences est en grève afin de dénoncer leurs  conditions de travail. Les agents demandent des moyens matériels et  humains, afin de pouvoir exercer leur métier dans de bonnes  conditions et maintenir une qualité de soins.

Nous exigeons :

 La suppression du CREF dont la seule réponse de la direction est la réduction du personnel, la  fermeture de lits et de services.

La réouverture des lits fermés sur l’hôpital, beaucoup trop de patients passent des nuits sur des brancards par manque de lits sur l’hôpital.

L’embauche statutaire de personnels qualifiés et la «stagiairisation» des contractuels en place afin d’augmenter les effectifs dans les services qu’ils soient soignants, administratifs et techniques.

  

« La santé n’est pas une marchandise

et l’hôpital ne peut pas être géré comme une entreprise »

 

SOUTENONS L’ENSEMBLE DES PERSONNELS HOSPITALIERS

 

POUR STOPPER LA CASSE DE L’HÔPITAL ET DES SERVICES PUBLICS.

 

PREAVIS DE GREVE AUX URGENCES ADULTES

Avignon, le 28/05/2019

Les IDE, AS et ASH du service des  urgences adultes ont déposé un préavis  de grève en intersyndicale le 27 mai  2019 pour dénoncer leurs conditions de travail.

Ils rejoignent ainsi le mouvement national qui prend de  l’ampleur (65 services d’urgences en grève).

Les agents souhaitent pouvoir exercer leur métier dans de bonnes  conditions et maintenir une qualité de soins et de prise en charge des patients optimales.

Leurs revendications sont :
– des effectifs IDE, AS et ASH supplémentaires de jour et de nuit face àl’augmentation de leur activité
– retrait du projet de mutualisation des ASH UMC / REA
– du matériel fonctionnel et adapté pour une prise en charge correcte des patients (lits, brancards, linge,….)
– des locaux adaptés
– l’augmentation de l’effectif médical afin de sécuriser les prises en charges
– la présence d’un agent de sécurité au niveau du service 24h/24h
– l’augmentation de la plage horaire de la maison médicale permettant de désengorger le service
– la réouverture des lits fermés sur l’hôpital afin de pouvoir hospitaliser les patients dans des services et non sur des brancards !
– augmentation salariale de 300€ net / mois pour tous les agents des urgences.

La CGT du CH Avignon soutient ce mouvement, qui a débuté au niveau national par le dépôt d’un préavis de grève CGT.

Il est de la responsabilité de la direction :
– de permettre aux personnels de cet hôpital d’exercer son travail dans des conditions
optimales et en toute sécurité,
– et d’offrir aux patients une qualité de soins et des services permettant leur accueil.

Soutenons nos collègues des urgences !!!
Luttons ensemble pour sauver notre hôpital !!!

 

2019-05-28-TRACT UMC