Archives de catégorie : A l’affiche

EN GREVE LE 27 JANVIER LA COUPE EST PLEINE !

Avignon le 18 janvier 2022,

LA COUPE EST PLEINE !

Ce sont bien les choix politiques de ces dernières années, qui sont les conséquences de cette situation…….Faire porter la seule responsabilité de la tension Hospitalière aux non-vaccinés montre bien l’irresponsabilité et le mépris de nos gouvernants…. !

Aujourd’hui, notre système de santé est en décalage avec les besoins de la population.

Les difficultés de cette crise doivent être les électrochocs, pour inverser la vapeur et arrêter les stratégies de divisions et d’individualisme.

Le gouvernement fait taire les contestations par la « distribution » de petites primes, au gré des manifestations, ce qui ne répond en rien aux réels problèmes des agents.

EXIGEONS :

 De véritables augmentations de salaire,

  • Un dégel du point d’indice dans la fonction publique hospitalière,
  • L’arrêt des décrets qui transforment nos métiers,
  • Maintien de la catégorie active pour les essentiels,
  • L’égalisation des salaires pour les catégories en voie d’extinction Cat B pour toutes professions confondues au même indice que les Cat A.,
  • Des milliers de recrutements pérennes : CDI et statutaires,
  • L’arrêt des fermetures de lits, de service, d’établissements,
  • Un véritable plan de formation pluridisciplinaire,
  • Levée des sanctions/suspensions, réintégration des personnels suspendus.

Tous ensemble

Agents, Usagers, Salariés, Libéraux, mobilisons-nous…

AGIR POUR NE PLUS SUBIR

 RDV le JEUDI 27 JANVIER 2022 A 10h30

A LA CITE ADMINISTRATIVE D’AVIGNON

CHSCT EXTRAORDINAIRE LE MISTRAL

Les IDE du service le mistral témoignent :

Au début de l’année 2020, le premier plan blanc a été déclenché suite à la pandémie de COVID-19. De nombreux services de l’hôpital ont été fermés et des soignants ont été placés en ASA sur décision de l’établissement. De notre côté au SSR Mistral, nous avons été déclarés service COVID et de ce fait, nous sommes de nombreuses fois revenus sur nos temps de repos pour éviter que des agents d’autres pôles nous remplacent.

Nous avons également changé d’amplitude de travail, en effet nous sommes passé en 12h de façon très rapide pour raison principale d’économie de personnel. Cela devait être un essai temporaire pour allier réduction d’effectif et meilleure prise en charge du patient. Or aujourd’hui si nous faisons le bilan, la qualité de soin se dégrade et elle ne va pas aller en s’améliorant avec la baisse d’effectif qui nous est imposée aujourd’hui.

Lorsque nous travaillions en 7h36, nous avions une infirmière en journée qui prenait en charge les LISP, ainsi qu’une aide-soignante en plus. Il y avait également un changement d’équipe au milieu de la journée. Aujourd’hui, il nous est demandé de réaliser la même prise en charge et d’avoir la même énergie en travaillant 4h30 de plus, avec des patients chronophages qui demandent énormément de notre temps.

En effet, le service accueille des personnes âgée, une population fragile, bien souvent polypathologique, avec beaucoup de démences et de patients qui déambulent. La crise sanitaire a également accentué leur instabilité au niveau médical, nous avons reçu à maintes reprises des patients dits « aigus ». Tout cela ajouté au fait que nous avons quatre médecins dans le service et parfois plusieurs sur un même secteur, cela augmente parfois les soins à réaliser et les sollicitations de la journée.

Nous ressentons depuis deux ans un épuisement physique et un épuisement mental qui induit des montées de pression inter équipe et des arrêts à répétition. Ces arrêts sont dû à des accidents de travail et à de multiples burn out. Nos corps ont du mal à faire face à la lourdeur du service et au rythme imposé. Le sentiment d’insatisfaction du travail accompli est omniprésent, car nous avons l’impression d’être des « robots » et de ne plus prendre en soins le patient dans sa globalité. Nous avons déjà tiré la sonnette d’alarme en manifestant notre mal être et les difficultés que nous rencontrions.

Malgré cela, ce 26 novembre, nous apprenons que nous devons de nouveau faire un effort supplémentaire par manque de personnel sur l’hôpital : il est demandé qu’une infirmière de notre équipe passe de nuit. Et nous apprenons le lendemain qu’une seconde infirmière doit partir dans un autre service. De ce fait, nous sommes contraints une nouvelle fois de réorganiser le service. Afin de travailler à trois infirmières la journée, nous avons désormais deux secteurs de 17 patients et un secteur de 12 patients.

Mais vous êtes-vous posé la question de savoir ce que cela signifie pour les patients et les soignants ? La technicité fait partie de notre rôle, cependant cela signifie moins de temps pour l’infirmière auprès du patient afin d’accomplir son rôle propre, moins de relationnel et donc une prise en charge très superficielle car nous serons incapables de connaître le réel état psychologique du patient. Cela veut aussi dire davantage de tâches pour les aides-soignantes qui devront compenser le manque d’infirmière. Etant elles-mêmes en nombre restreint, elles devront se passer du travail en binôme avec l’infirmière qui allait normalement de pair avec le passage en 12h.

Nous tenons également à évoquer nos quatre LISP. Une subvention particulière a été accordée à notre service pour prendre en charge quatre patients en lits identifiés de soins palliatifs, et récemment elle a été augmentée pour six lits. Pour le moment, nous n’avons encore que quatre LISP officiels. Cependant d’autres patients sont dans une prise en charge palliative sur des lits d’hospitalisation classiques. Le fait d’avoir ces LISP nécessite une prise en charge particulière requérant une équipe dédiée. Actuellement, ce n’est pas le cas. Nous n’avons aucune équipe consacrée à ces LISP, aucune prise en charge adaptée faute de temps et d’attention. Et cela va s’aggraver avec les changements que l’on veut nous imposer aujourd’hui.

Alors aujourd’hui, le personnel du SSR Mistral dit stop. Nous ne voulons plus travailler dans ces conditions. Nous n’accepterons plus cette maltraitance envers les soignants et surtout, envers les patients.

LE 5 OCTOBRE 2021 IL EST TEMPS D’EN FINIR AVEC CE MÉPRIS !!!

IL EST TEMPS D’EN FINIR AVEC CE MÉPRIS !!!

Malgré la crise sanitaire et sociale, le gouvernement continue ses tentatives de divisions et multiplie les discours contradictoires ; ceci en poursuivant une politique de casse de la Sécurité Sociale, notamment en fragilisant son financement, et en tentant d’imposer une réforme de l’assurance-chômage régressive et un recul de l’âge de départ en retraite. Il continue d’asphyxier l’hôpital public, l’offre de soin publique comme privée et l’ensemble des services publics ; cela en organisant, notamment, LA DEGRADATION DE NOS CONDITIONS DE TRAVAIL !

HIER NOUS ETIONS INDISPENSABLES,

AUJOURD’HUI NOUS SOMMES JETABLES !!!

Exigeons ensemble :

  • L’augmentation générale des salaires par la revalorisation du point d’indice et l’amélioration de nos grilles indiciaires ;
  • L’arrêt des suppressions de postes et des recrutements partout où cela est nécessaire ;
  • L’arrêt des emplois précaires et embauche massive ;
  • L’arrêt des restructurations incessantes et des fermetures de lits ;
  • L’amélioration de nos conditions de travail ;
  • Départ à la retraite à 60 ans et reconnaissance de la pénibilité pour un départ anticipé de nos métiers dans le secteur public comme privé ;
  • Aucune sanction, suspension ou licenciement en lien avec l’obligation vaccinale ;
  • Un financement de nos établissements et de la sécurité sociale à la hauteur des besoins.

LA CGT et FO APPELLENT A LA GREVE

  MANIFESTATION MARDI 5 OCTOBRE –

 10 H 30 à AVIGNON

Départ Avenue Jean Jaurès – Cité Administrative
En direction de l’esplanade Saint Bénezet (pique-nique de lutte)

(Via rue de la République, rue St Agricole, rue Joseph Vernet, place Crillon.)

 

ELECTIONS CNRACL : du 1er au 15 mars 2021 VOTEZ pour la CGT

CNRACL : NOTRE CAISSE DE RETRAITES NOUS APPARTIENT ET NOUS PROTÈGE

 

 

Vous recevrez avant l’ouverture du scrutin le matériel de vote  accompagné d’une instruction :

 

  • Soit par internet :
    Du 1er mars 2021 à 9 heures au 15 mars 2021 à 18 heuresVous recevrez accompagnant votre matériel de vote, un moyen d’authentification, composé d’un identifiant et d’un mot de passe, générés de façon aléatoire, permettant de vous connecter à la plateforme de vote. Il sera possible de voter depuis n’importe quel ordinateur, tablette ou téléphone connecté à internet.
  • Soit par correspondance :
    Dès réception de votre matériel de vote et jusqu’au 15 mars 2021, le cachet de la poste faisant foi.
    Il faudra alors retourner votre carte T préaffranchie après y avoir apposé l’étiquette de vote correspondant à votre choix.

 

Confédération Générale du Travail profession de foi

 

CONSULTER LE LIVRET DE LA FEDERATION SANTE

Vous pouvez vérifier que vous êtes bien inscrit.e sur les listes  ICI : Lien vers le site de la CNRACL

Le Conseil d’administration de la CNRACL, comment ça marche ?

Continuer la lecture

HPB heures plan blanc

Avignon, le 1 er décembre 2020

HPB HPB ???
Heures supplémentaires ?
Nooonnn…. Heures Plan Blanc !!!

Le décret 2020-1309 du 29 octobre 2020 règlemente les heures  supplémentaires considérées comme des heures « Plan Blanc »,  entre la période du 1 er octobre au 31 décembre 2020, avec des  coefficients de majoration, selon la catégorie de l’agent.
La mise en place de ce décret stipule que lorsque l’OAT final de   l’agent au 31 décembre 2020 est équilibré, la première heure  supplémentaire qualifiée « HBP » est majorée selon les critères  suivants :
14 premières heures supplémentaires majorées de 1,875.
A partir de la 15ème heure : heures supplémentaires majorées de 1,905.
Majoration de 150 % de l’heure supplémentaire lorsqu’elle est effectuée de nuit.
Majoration de 100 % de l’heure supplémentaire lorsqu’elle est effectuée un dimanche ou un jour férié.

La direction du centre hospitalier d’Avignon impose aux agents la majoration des heures « plan blanc » après un OAT positif de + 7  heures, une décision délétère et injuste pour les agents.

Comment être motivé et impliqué quand la direction se moque des agents et s »assoie sur la règlementation !!!!

 

TRACT HPB BIS

POURSUIVONS L’ACTION

 

La crise COVID n’a fait que mettre en lumière les difficultés de notre hôpital et le « Ségur de la Santé» n’est qu’une mascarade… !!!

– Réorganisations des services !!!
– Déréglementations du temps de travail !!!
– Suppression de postes !!!
– Embauche insuffisante !!
– Suppression des congés !!! …

STOP !!! EXPRIMONS NOTRE MÉCONTENTEMENT
LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

La CGT revendique :

Des embauches massives de personnels,
L’ouverture massive de lits, de structures médico-social et social partout où cela est nécessaire,
La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels atteint par le covid-19,
L’arrêt de la déréglementation possible sur le temps de travail prévu par le protocole d’accord du« Ségur de la santé » et la baisse du temps de travail pour nos métiers pénibles
L’abrogation du décret sur les licenciements dans la Fonction publique hospitalière,
Des augmentations de salaire pour tous dans la fonction publique hospitalière et le médico-social.
Un départ anticipé à la retraite pour tous et une revalorisation des pensions de retraite,
Un Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale qui réponde aux besoins des professionnel.le.s et de la population

Soyons mobilisés le 15 Octobre 2020 !

Face à un gouvernement qui continue à communiquer qu’il maîtrise la situation et aurait réglé tous les problèmes grâce « au Ségur de la Santé ». Ce ne sont pas les augmentations de salaires, obtenus seulement pour certains, qui vont NOUS faire taire !!!

Les manques d’effectifs récurrents sont INACCEPTABLES et doivent cesser !

LE JEUDI 15 OCTOBRE 2020
10H00 – RASSEMBLEMENT CONSEIL
DÉPARTEMENTAL
RUE VIALA – AVIGNON CENTRE

NE SOYONS PAS DUPES …

NE SOYONS PAS DUPES …

La Covid 19 a des effets que l’on ne soupçonne pas en matière de destruction de qualité de vie et des conditions  de travail.

Sous couvert du plan blanc, la direction se permet  de récupérer ce qui l’intéresse dans la crise sanitaire qui frappe notre hôpital.

 Au passage elle s’assoie sur les prérogatives des instances CHSCT et CTE et au non-respect de la réglementation :

 – Modification des organisations de travail

– Modification de planning

– Passage en 12 heures

– Passage Jour/Nuit

– Transformation d’ASAE en RTT

La CGT n’est pas dupe face à ces tours de passe-passe de la direction …

Avec vous, elle restera vigilante sur le fonctionnement de tous ces changements NON PERENNES …

 

La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Communiqué de presse, Montreuil, le 21 septembre 2020.

Protocole « Carrières et Rémunérations » du personnel non médical
La CGT fait une requête en référé liberté contre le ministre des Solidarités et de la Santé

Attachée au dialogue social et aux règles qui le régissent, la  Fédération de la Santé et de l’ Action Sociale a comme  volonté dans cette requête juridique de faire respecter sa  représentativité issue des élections professionnelles dans la  FPH de 2018, sa légitimité à représenter les salarié.e.s concerné.e.s, disposition qui devrait être étendue à toutes les  organisations syndicales représentatives non signataires.

Ceci pour être présente aux futurs échanges,  consultations  et négociations issus et qui découleront du protocole d’accord sur « Carrières et rémunérations » des personnels non  médicaux et du Ségur de la Santé.
En effet, l’exclusivité donnée dans le protocole aux seules  organisations signataires à de futures mesures et décisions  qui  s’imposeront aux profesionnel.le.s est une clause qui rompt avec  l’impartialité dont doit faire preuve le dialogue  social et la nécessité  de traiter de manière égalitaire toutes les organisations syndicales  représentatives au niveau  national, élues pour représenter les  personnels relevant de la Fonction Publique Hospitalière. D’ailleurs  la CGT a porté  bien seule, sans gain de cause, pendant toute la  phase de négociations, cette demande de retrait dans le protocole  de la notion d’exclusion des non signataires, tant pour le comité de  suivi que pour les futurs groupes de travail et/ou  réunions issus du protocole qui seront amenés à proposer et à modifier notamment  des éléments indemnitaires des  personnels.
Dans ce contexte, la Fédération CGT de la Santé et de l’ Action   sociale a sollicité le ministre par courrier du  17 septembre 2020 «  en prévision de la reprise des discussions à la suite de la signature des deux accords du 13  juillet 2020 dans le cadre du “Ségur de la  Santé” ». Puisque, manifestement, la Fédération a été exclue des   premiers  comités de suivi et groupes de travail, sa secrétaire   générale a prié le ministre « de veiller à convoquer la Fédération à  l’ensemble des réunions qui se tiendront dans le cadre de la  poursuite du “Ségur de la Santé” », expliquant à ce dernier  que, « en effet, la Fédération n’a pas été invitée à la réunion qui a donné lieu à la signature de l’avenant n°1 à l’accord  relatif à la fonction publique hospitalière – Rendre attractive la fonction publique hospitalière : Revaloriser les carrières  et les rémunérations et sécuriser les environnements de travail, signé le 1er septembre 2020 ».
Dans ce même courrier, la Fédération a également relevé que «  plusieurs clauses réservent aux seuls signataires  des accords du 13  juillet 2020 la participation aux futures concertations relatives,  notamment, au régime indemnitaire  des agents hospitaliers, excluant de facto les organisations syndicales représentatives non-signataires ». Il a donc été  demandé au ministre « de ne pas tenir  compte de ces clauses prévoyant que seuls les signataires des  accords du 13  juillet 2020 se réuniront pour en discuter les modalités d’application ».
Par conséquent, il appartient maintenant au Juge des référés, qui  nous l’espérons ne manquera pas de relever l’atteinte  grave et  manifestement illégale portée à la liberté syndicale par le ministre des Solidarités et de la Santé, de prendre les  mesures nécessaires pour faire disparaître les effets de cette atteinte et d’enjoindre les instances organisatrices du «  Ségur de la Santé  », et notamment le ministre des Solidarités et de la Santé, d’assurer à la Fédération et aux organisations  représentatives non signataires un traitement égal à celui des autres organisations représentatives signataires, en les  conviant sans délai à toutes les réunions de suivi des accords du 13 juillet 2020 à venir, indépendamment de leur statut  de signataire ou de non-signataire des dits accords.

La COVID-19 reconnue en maladie professionnelle

le 15/11/2020

le Décret no 2020-1131 du 14 septembre 2020 relatif à la reconnaissance en maladies professionnelles des pathologies liées à une infection au SARS-CoV2  est paru au journal officiel.

 

2 nouveaux tableaux sont ainsi créés :

Après le tableau no 99 annexé au livre IV (partie réglementaire) du code de la sécurité sociale, il est inséré un tableau no 100 ainsi rédigé :
« Tableau no 100
« AFFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUËS LIÉES À UNE INFECTION AU SARS-COV2

ainsi que

Après le tableau no 59 de l’annexe II du livre VII du code rural et de la pêche maritime, il est inséré
un tableau no 60 ainsi rédigé :
« Tableau no 60
« AFFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUËS LIÉES À UNE INFECTION AU SARS-COV2 

Le lien legifrance

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

Avignon Le 07/09/2020

un « après » meilleur « qu’avant » ?? Toutes et tous mobilisé-e-s !

La crise sanitaire a démontré combien nous sommes essentiels  notamment pour garantir à toutes et tous l’accès aux droits sociaux  et aux soins.
Nous nous souviendrons et ne sommes pas près d’oublier les mots du président de le République lors de son discours du 13 Avril dernier : « les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune, notre pays tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnais-sent et rémunèrent si mal ».
En effet, 10 ans de gel du point d’indice, ce n’est pas tolérable et juste. Une des urgences est bien la revalorisation conséquente des salaires et des carrières.
La CGT n’est pas signataire de l’accord sur le SEGUR, nous ne demandions pas des « miettes » mais une juste reconnaissance de nos métiers avec une augmentation de 300 euros net par mois.
Le remaniement ministériel, qui a changé les têtes sans changer les orientations, ne doit tromper per-sonne: nous devons continuer à préserver nos intérêts et à s’organiser, toutes et tous ensemble, pour faire obstacle au monde voulu par le gouvernement et le Medef.
La CGT, avec les salariés mobilisés, fait d’autres choix de société, à l’opposé de ceux présentés comme inéluctables.
Nous revendiquons donc :
Augmentations des salaires, des pensions de retraites, dégel du point d’indice et le Smic à 1800 euros (soutien à une meilleure consommation des ménages).
→ Le renforcement de notre sécurité sociale et de notre système de retraite solidaire par répartition, avec un départ en retraite à taux plein à 60 ans pour toutes et tous. (solidarité intergénéra-tionnelle et création d’emplois).
L’abrogation de la journée de carence.
La reconnaissance de la pénibilité des métiers de la santé, traduit par la catégorie active dans la Fonction Publique Hospitalière.
→ L’arrêt des fermetures de services et des réouvertures de lits.

Toutes et tous mobilisé-e-s !

LE JEUDI 17 SEPTEMBRE 2020 À 8H30/9H30 UN CAFÉ DE CONTESTATION SERA PARTAGÉ DANS LE HALL DE L’AQUARIUM
( DANS LE RESPECT DES GESTES BARRIÈRES ET DE DISTANCIATION SOCIALE)

11H00 MANIFESTATION AU DÉPART DU GRAND ROND POINT DE LA D907 ( RN7 APRÈS EURENCO DIRECTION SORGUES)

 

INFO CAPL : Ratios promus-promouvables

le 11 septembre 2020

INFO CAPL

 (COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE LOCALE)

Ratios promus-promouvables

 

Dans l’attente de la mise en œuvre des nouvelles grilles indiciaires pour les personnels des filières soignantes,  médico-techniques et rééducation, les ratios promus/promouvables seront doublés par rapport aux ratios de 2019 pour les années 2020 et 2021 (par l’arrêté du 8 septembre 2020) :

  • Filière soins :
    • ASHQ de classe supérieure
    • Aide-soignant principal
    • Infirmier de classe supérieure
    • Infirmier en soins généraux de 2ème grade
  • Filière rééducation : pédicure-podologue, masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, psychomotricien, orthophoniste de classe supérieure
  • Filière médico-technique :
    • MERM de classe supérieure
    • Technicien de laboratoire médical de classe supérieure
    • Préparateur en pharmacie hospitalière de classe supérieure
  • Sages-femmes des hôpitaux du 2nd grade

 

Corps et grade Taux applicable en 20193 Taux applicable en 2020 et 2021
Filière soins
ASHQ de classe supérieure 10% 20%
Aide-soignant principal 8% 16%
Infirmier de classe supérieure 14% 28%
Infirmier en soins généraux de 2ème grade 11% 22%
Filière rééducation
Pédicure-podologue,

masseur-kinésitherapeute, ergothérapeute, psychomotricien, orthophoniste

11% 22%
Filière médico-technique
MERM de classe supérieure 11% 22%
Technicien de laboratoire médical de classe supérieure 14% 28%
Préparateur en pharmacie hospitalière de classe supérieure 12% 24%
Sages-femmes des hôpitaux
Sages-femmes des hôpitaux du 2d grade 11% 22%

 

2020-09-11-ratio promu-promouvable

PRIME COVID

Prime COVID 1500 €

Le syndicat CGT a demandé au directeur de faire la demande à
l’ARS afin que tous les agents du centre hospitalier d’Avignon
touchent la prime COVID de 1500 euros au vu de l’implication de
tous.

  • Refus catégorique du directeur.
  • 40 % du personnel ayant reçu la prime de 500 € peut prétendre
    à cette prime conformément au décret soit environ 1200 agents.
  • La direction a défini 5 critères pour l’obtention de cette prime :– Personnels le plus exposé à la transmission du virus COVID.
    – Travail de + de 15 jours dans un service COVID.
    – Changement d’affectation de + de 15 jours avec notion de
    compétences nouvelles.
    – Changement d’horaires et de rythme de travail de + de 15
    jours dans un service COVID.
    – Personnels dont l’organisation et les missions ont été
    rudement impactés par la gestion de la crise sanitaire.