GREVE NATIONALE LE 30 JANVIER 2018 A L’APPEL DE TOUTES LES ORGANISATIONS SYNDICALES

PDF : 18-01-30 tract

La prise en charge des patients et notamment de nos ainé-e-s est  mise à mal.

Nous rappelons la définition de la santé par l’OMS (préambule de  1946) : « la santé est un état de bien-être complet physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou  d’infirmité ».
Les arrêts maladie sont plus nombreux que ceux du BTP. Le burn-out s’amplifie, les démissions pleuvent, tant les agents sont « à bout de souffle ». Le turn-over devient chronique et aucun traitement de fond n’y est apporté. Ce sont nos anciens qui sont directement impactés.
Les directions demandent aux soignants d’être dans un soin  productif, et non dans un soin qualitatif. Or, le soin ne peut être réduit à une marchandise.

Les personnels soignants en ont marre d’être considérés comme des pions qui n’auraient qu’un seul droit, celui de se taire !

Des personnels non remplacés entrent ou sortent du travail
en pleurs. Des accidents du travail et des inaptitudes en forte
augmentation. Des personnels menacés pour revenir sur leurs repos. Des droits bafoués (repos, congés annuels, amplitude horaire, formation, primes) ! Des sanctions pour les personnels qui osent se
plaindre et dénoncer la situation de personnel incontestable ! Une intensification des glissements de tâches ! Une charge physique et psychologique importantes. Un budget 2018 pas du tout à la hauteur des enjeux de ce secteur sinistré.  La nouvelle réforme de la tarification crée encore plus d’inégalités ! La mise en place des GHT et des CPOM fragilise les EHPAD.
Des familles et résidents non satisfaits du service rendu ! Des EHPAD à des tarifs de plus en plus inaccessibles ! Sans moyens, le prendre soin n’a plus de sens !
Un manque de personnel incontestable.

Le président de la République a été interpellé sur les difficultés  rencontrées de la prise en charge de la personne âgée mais refuse de recevoir les organisations syndicales. La ministre de la Santé, après avoir déclaré que les difficultés « n’étaient pas qu’une question financière, mais un problème de management, notamment dans les établissements publics », ne propose qu’un groupe de réflexion sur la  qualité de vie au travail (QVT) !

Nous refusons d’être complices de cette maltraitance institutionnelle.

Nous exigeons :

– l’arrêt de la réforme de la nouvelle tarification des EHPAD (qui ne permet plus de tenir compte de la spécificité de chaque  établissement),

– l’arrêt des baisses des dotations induites par la convergence  tarifaire,

 

-des moyens nécessaires (un personnel pour un résident comme le prévoit le plan solidarité grand âge de 2006 pour 2012 !)  pour assurer une prise en charge digne des résidents,

– le respect des personnels et de leurs droits ainsi qu’une réelle politique de lutte contre la précarité qui passe par une amélioration  des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières.

– le maintien de tous les effectifs des EHPAD/USLD et la sécurisation  des contrats aidés.

Ensembles, population, personnel hospitalier, patients,  organisations syndicales, nous serons plus forts pour imposer  d’autres choix politiques afin d’assurer une prise en charge digne  de nos aîné.e.s !

 

Print Friendly, PDF & Email