CONDITIONS DE TRAVAIL : OU EST NOTRE LIMITE ?

  • Logo.CGT.CHA.Resized.Tout.Petit.carreLes décisions politiques d’économies dans le domaine de la santé entrainent des conditions de travail de plus en plus désastreuses pour des personnels de plus en plus épuisé-e-s.
    De l’épuisement professionnel à l’effondrement professionnel, il y a qu’un pas.
    Les récents suicides dans nos professions démontrent  dramatiquement le mal être que certains pensent insurmontable. Il est hors de question de faire de ces suicides un exemple où une
    récupération malvenue mais plutôt, par respect pour ces professionnel-le-s et leur famille, le point de départ d’une réflexion profonde sur nos conditions de travail.
    Pour la CGT, cette analyse doit être collective. Ensemble, directeurs, encadrants, médecins, soignants, techniques, administratifs nous devons lutter contre le fatalisme individuel ou catégoriel
    et penser et vouloir l’hôpital de demain.
    Aujourd’hui nos conditions de travail ce sont :

    – Des journées de travail intenses avec des effectifs réduits,
    – Des Comptes-épargne temps qui explosent : une charge de travail accrue et le volume d’heures supplémentaires qui va avec, un nombre croissant de congés ou de récupération non pris, les retours sur repos, les appels au domicile…
    – L’impossibilité de respecter un week-end sur 2 de repos règlementaire par manque d’effectifs,
    – Des salaires déconnectés de la reconnaissance de nos qualifications, des actes que nous prodiguons et des risques qu’ils induisent,
    – L’appauvrissement des plages de réflexion collectives sur le contenu professionnel qui veut nous orienter vers une conception  productiviste et marchande du «prendre soin»,
    – La complexité du travail augmentée avec la polyvalence qui risque d’être accrue avec la mise en place des GHT, la suppléance et les glissements de tâches,
    – De plus en plus de difficultés de concilier vie professionnelle /vie personnelle,
    – La pression temporelle avec des horaires atypiques, le travail de nuit, en 3/8 ou 2/12, en 5/8.
    – Le travail en 12 heures imposé pour faire des économies de personnel,
    – Le sentiment de ne pas avoir assez de temps pour faire son travail,
    – Une perte d’autonomie et des marges de manœuvres réduites, des procédures qui se suivent et qui peuvent aller à l’encontre d’un travail efficace, au plus près du travail réel,
    – Des fusions, des mutualisations qui sont rarement travaillées en amont avec les personnels concernés les laissent dans une incertitude, voire une angoisse de leur devenir professionnel,

Tout ceci favorise l’augmentation des conflits de valeur qui est une dimension très importante dans notre secteur, avec le sentiment de mal faire son travail. Le travail empêché tant quantitatif que qualitatif est la cause principale de découragement des personnels.

Nous devons remettre la notion de qualité des soins et de la
satisfaction du travail bien fait au cœur de nos professions !

 

Propositions immédiates locales
  •  Arrêt immédiat du CREF (suppression de 130
    postes) dans notre hôpital,
  •  Augmentation de la masse salariale à hauteur de
    la moyenne nationale (62% à Avignon, 66%
    national) cela représente 250 postes,
  •  Titularisation de tous les emplois précaires,
  •  Arrêt de la prolifération des 12h dans un but
    d’économies de personnels,
  •  Respect de la règlementation sur les repos du
    dimanche,
  •  Renforcement des pools de remplacement,
  •  Création de pool court et long pour réduire les
    frais de remplacements,
  •  Ouverture pérennisée de l’unité saisonnière de
    gériatrie.
Propositions à moyen et long terme locales
  • Une réflexion pluridisciplinaire sur la qualité des soins,
  • Mise en place d’analyse de pratiques,
    professionnelles dans tous les services,
  •  Une vraie réflexion sur le temps et les
    organisations de travail dans le respect de la
    règlementation,
  •  Une réflexion sur les temps de relève qui sont
    mis à mal dans les services,
  •  Agrandissement de la crèche et augmentation du
    nombre de places pour les personnels,
  •  La signature d’un protocole d’accord local sur
    l’égalité professionnelle femme/homme,
  •  La prise en considération des risques psycho-
    sociaux.
Propositions à moyen et long terme nationales
  •  La reconnaissance de la pénibilité,
  •  Supprimer la taxe sur les salaires qui permettrait de créer 75 000 emplois dans les hôpitaux publics sans toucher aux « grands équilibres »,
  •  Abrogation des ordres professionnels,
  •  Abrogation des lois HPST et santé,
  •  Une réflexion sur l’offre de soins faite à la population,
  •  La récupération des spécialités lucratives par le public.

Nous ne voulons plus de félicitations ou de condoléances, nous voulons du concret, et cela passe par la création d’emplois.

L’ensemble des personnels hospitaliers est en souffrance

La satisfaction des revendications ne peut passer que par des luttes convergentes pour exiger du gouvernement qu’il prenne en compte la dégradation de notre système de santé qui est douloureusement vécue, tant par les professionnels que par la population.
Ce sont ces exigences que la CGT portera le 8 novembre 2016 par la grève et la manifestation partout en France pour dire qu’une autre politique de santé et d’action sociale est possible.

Appel à rassemblement des personnels 9h devant le
Centre Hospitalier d’Avignon
A 11h : Opération escargot jusqu’au CH Montfavet pour un pique-nique de lutte

 

Tous.Dans.La.Rue.Avec.LA.CGT CGTSSO_une_force_a_vos_cotes.jpg grande taille

Print Friendly, PDF & Email