IL Y A URGENCE POUR LES SERVICES D’URGENCES

Logo.CGT.CHA.Resized.Tout.Petit.carre

Le service des urgences du Centre Hospitalier d’Avignon a connu récemment une crise sans précédent. Treize médecins urgentistes ont choisi de remettre leur démission en signe de protestation face à des problèmes de gouvernance accentués par des conditions d’exercice déplorables.
Pour la CGT, cette crise était largement prévisible et nous dénonçons la situation depuis longtemps.
Depuis plusieurs années, les services d’urgences souffrent de l’absence de mesures des pouvoirs publics et du désengagement de la médecine de ville dans la permanence des soins.
Les urgences restent le dernier recours pour une grande partie de la population.
L’absence de renfort en personnel médical lié à l’augmentation de l’activité (+6 % par an) conduit inexorablement à des tensions.
Ces démissions en sont la preuve et la CGT s’inquiète que cela se reproduise.
La gouvernance du Centre Hospitalier d’Avignon n’a eu d’autre choix que de céder aux demandes des médecins démissionnaires afin de maintenir l’activité aux Urgences d’Avignon et de préserver le service public.
Mais pour combien de temps?
Sans renfort en personnel dans les hôpitaux et sans politique de développement de la médecine de ville avec une possibilité d’accès aux soins pérennisée, la situation des urgences et notamment celle de l’hôpital d’Avignon continuera de se dégrader aux détriments de la population.
La CGT du centre hospitalier d’Avignon se félicite de cette sortie de crise mais maintient son inquiétude face à la politique de l’autruche prônée par les pouvoirs publics sur les questions de financement, d’offre et d’organisation des soins.

 

CGTSSO_une_force_a_vos_cotes.jpg grande taille

Print Friendly, PDF & Email