Le 26 juin, s’unir pour agir, lutter pour gagner

Logo.CGT.CHA.

Journée d’action interprofessionnelle
Le 26 juin, s’unir pour agir, lutter pour gagner

Le Président Hollande entend poursuivre ses réformes désastreuses pour le développement du pays et le vivre ensemble, malgré un désaveu cinglant lors des élections municipales et européennes.

Le gouvernement n’entend pas changer de cap : il s’entête dans ses politiques d’austérité en octroyant toujours plus de cadeaux aux grandes entreprises, sans contrepartie en matière d’emploi, d’augmentation des salaires, de lutte contre la précarité et le chômage, et en réduisant toujours plus les moyens de l’action publique.

Ces choix sont injustes. Ils sont mauvais socialement et inefficaces économiquement.

Aux notions d’attractivité, de compétitivité et de concurrence, répondons par la solidarité, la coopération et le partage des richesses. Rien ne peut, en effet, justifier l’aggravation des inégalités, la dégradation de nos conditions de vie et de travail, la remise en cause de nos droits et garanties collectives.

Le pays ne se réformera pas et l’Europe ne se construira pas contre le monde du travail, en exigeant toujours plus de sacrifices des populations et en privilégiant exclusivement la rémunération des grands groupes et de leurs actionnaires.

Nous pouvons transformer nos situations de travail et construire un avenir de progrès social, mais rien ne se fera sans l’intervention des salarié-e-s.

Ces dernières semaines ont été marquées par des luttes et des mobilisations grandissantes dans le public comme dans le privé, dans la santé, à la SNCF, avec les intermittents du spectacle, les retraités, qui se concrétisent par des succès sur les salaires, sur l’emploi, les conditions de travail

Ensemble, il nous faut agir pour un changement de politique économique et sociale, en exigeant :

  • Une augmentation des salaires dans le privé et le public, à commencer par celle du Smic, gelé depuis six ans, et une hausse significative des pensions ;

  • Une politique d’embauches dans les entreprises et les services publics répondant aux besoins et instaurant une réglementation de nature à dissuader les entreprises d’avoir recours aux contrats précaires ;

  • Une remise à plat de l’ensemble des aides publiques aux entreprises en les conditionnant à l’investissement dans l’emploi, la recherche, l’innovation, les salaires et la formation.

La CGT a décidé d’appeler à l’action, par la grève et la manifestation, le 26 juin 2014.

Les conditions de travail se dégradent inexorablement à l’hôpital et nos salaires ne cessent de diminuer. L’augmentation de la cotisation retraite pour les fonctionnaires qui progresse tous les ans jusqu’en 2020 pour atteindre le niveau du privé sans en avoir les avantages pèse sur les revenus des agents hospitaliers.

Le gel du point d’indice a fait reculer notre pouvoir d’achat de 15% depuis plusieurs années.

D’aucuns affirment que la négociation doit prévaloir. Nous sommes d’accord. Mais la négociation ne doit pas se faire dans l’unique prétexte d’accompagner et de valider les choix déjà arrêtés de nos dirigeants. Lorsque la situation l’exige il faut entrer dans l’action.

On essaie de nous imposer des horaires atypiques (midi-minuit), de ralentir nos avancements, de restructurer les services sans concertation avec les principaux concernés (les agents), de remettre en cause les 80% et d’obliger les agents à travailler dans des conditions d’effectifs et de moyens déplorables.

Il ne peut pas y avoir négociation sur ces sujets !

Aucun début de réponse n’est apporté au sous-effectif alarmant des hôpitaux publics, bien au contraire. L’étranglement budgétaire dans la Fonction Publique Hospitalière conduit à des plans sociaux par le non renouvellement des contractuels, des départs en retraite … Des milliers d’emplois sont concernés.

Partout, interpellons les directions d’entreprises, les employeurs, le directeurs d’établissements afin que nos exigences sociales résonnent dans tout le pays, et notamment les 7 & 8 juillet prochains, lors de la Conférence sociale.

Ensemble, il s’agit de lutter et de s’organiser sur les lieux de travail : le syndicat ça sert à ça !

La CGT est ouverte et disponible à toutes et tous.

Que l’on soit salarié-e-s d’une petite ou d’une grosse entreprise, agents titulaires ou non de la Fonction publique hospitalière, retraité-e-s ou privé-e-s d’emplois, gréviste ou de repos ce jour-là :

ensemble, exigeons un changement de cap
et faisons avancer nos revendications,


en nous mobilisant massivement le 26 juin prochain à 10h30 Cours Jean Jaurès (Gare Centre) à Avignon.

CGTSSO_une_force_a_vos_cotes.jpg grande taille

Print Friendly, PDF & Email